Top

Libye : Le printemps arabe, saison préférée des Américains

le 24 janvier 2012 à 5:35 

Ceux parmi les 27 membres de l’UE, ils sont nombreux, qui ont émis des réserves sur une intervention énergique et directe en Libye Kadhafienne montent au créneau et étalent leur désappointement. Pourquoi avoir engagé l’UE dans une guerre d’obédience américaine ? De l’Otan. Par l’Otan.

Pointés du doigt : le Royaume- Uni et la France, les deux meneurs pour l’Occident de l’expédition guerrière contre Kadhafi. Aujourd’hui, le bilan est lourd à porter au plan géostratégique et économiquement faible. Bruxelles estime qu’il n’a pas gagné grand-chose en livrant bataille en ex-Tripolitaine et Cyrénaïque.

Les intérêts de l’Europe étaient, déjà, bien sauvegardés par la dynastie des Kadhafi. Et ils auraient pu être préservés moyennant une attitude moins agressive, plus prudente envers le pouvoir central libyen de l’époque. Ils se murmure, ici, que les Russes et les Chinois ont mieux géré la crise libyenne que l’UE. Moscou et Pékin en jouant l’ONU, que l’ONU, rien que l’ONU, restent, tout de même, dans la course et ont, en ne s’opposant pas aux frappes de l’Otan, sauvé leurs parts de marché dans le futur.

Londres et Paris ont-ils obtenu plus en récompense de leur surenchère libyenne ? Pas sûr. Les Américains recomposent le régime selon son ordonnancement classique, «naturel», selon eux. La nature veut dire selon Washington que la France et le Royaume-Uni, surtout la France, n’ont pas à gérer l’après-Kadhafi. L’après-Mouâmmar est une affaire américano- américaine. Pour rappel, la Libye est un élément clef du dispositif Bouazizi, cet effet papillon qui a déboulonné Ben Ali, puis Moubarak, puis Kadhafi, puis, hier, Saleh du Yémen. Complot ou pas, le printemps arabe devient la saison préférée des Américains.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom