Top

Quel était Le rôle de la Mosquée de Paris pour sauver des juifs en 40-44 ?

le 24 février 2012 à 13:36 

Le rôle actif de la Mosquée de Paris et de son recteur Si Kaddour Benghabrit dans le sauvetage de nombreux juifs de la déportation par les nazis pendant la deuxième guerre mondiale, a été dévoilé mardi soir à travers la projection du documentaire La Mosquée de Paris…une résistance oubliée 1940-1944 du réalisateur Derri Berkani, au Centre culturel algérien (CCA) à Paris.

Ce documentaire de 26 mn fait entrer le spectateur dans une page d’histoire inédite et méconnue du grand public, celle de la solidarité exprimée par les musulmans à l’égard des juifs et des résistants, en les cachant dans des lieux tenus secrets dans la Grande Mosquée de Paris.

En 1940, l’armée française est battue par l’Allemagne nazie. Cette défaite est le début d’une répression avec la mise en place de politique de persécution qui ne cesse de se durcir au cours des quatre années d’occupation. Au total, des centaines de milliers de personnes sont pourchassées et persécutées.

A travers le récit d’une jeune femme à la recherche de la tombe de son grand-père, tué près de la porte de la Mosquée de Paris durant l’occupation allemande, le spectateur découvre, dans le documentaire, l’histoire de la Mosquée et notamment le rôle humanitaire de Si Kaddour Benghabrit qui a fait de cet élément phare de l’Islam en France, un lieu d’asile et de passage à de nombreuses personnes pourchassés par les forces nazies.

Le recteur délivrait par ailleurs de fausses attestations de foi musulmanes à des juifs pour les protéger, dont Salim Hilali, le chanteur et interprète de musique arabo-andalouse, qui fut sauvé des camps de concentration par le recteur, qui lui délivra une attestation de conversion à l’Islam au nom de son père et qui pour corroborer cela, fait graver le nom de son père sur une tombe abandonnée du cimetière musulman de Bobigny.

La forte personnalité du recteur et sa grandeur d’âme apparaissent à travers les témoignages cités par le documentaire et qui précisent que Si Kaddour Benghabrit était inspiré dans ses actions, par sa seule foi aux valeurs de l’Islam faites de solidarité, d’humanisme et de tolérance ainsi que par son respect de la vie humaine.

Intervenant lors du débat, le réalisateur a expliqué que les personnes qui trouvaient refuge dans la Mosquée de Paris, étaient par la suite évacuées par des réseaux de résistants vers l’Espagne ou l’Afrique du nord où les alliés avaient débarqué.

La Mosquée de Paris, une résistance oubliée 1940-1944 a été la source d’inspiration du film de fiction « Les hommes libres » du marocain Ismaël Ferroukhi, sorti en septembre dernier dans les salles parisiennes et qui se présente comme le prolongement de la quête de vérité sur le rôle des musulmans dans le sauvetage des juifs, menacés de déportation.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 4,00 de 5)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom