Top

Les dangers de la hausse des charges pour les services à domicile

le 24 octobre 2012 à 10:14 

Le projet de loi concernant la grosse augmentation des charges et des impôts pour les services à domicile pourrait détruire 60.000 emplois et avoir des conséquences désastreuses pour la condition des femmes et des personnes âgées. Une pétition a été lancée sur internet.

La pétition, publiée sur internet par le groupe « We are not #dindons ! » pour dénoncer la hausse de la fiscalité dans le secteur des services à domicile, a déjà été signée par plus de 15.000 internautes. Retour sur un projet de loi absurde.

En augmentant massivement les prélèvements pour les services à domicile, le gouvernement va, dans un premier temps, perdre beaucoup d’argent, quand bien même l’objectif de la loi est d’en rapporter.

En effet, par un effet pervers testé par nos voisins espagnols, la hausse des prélèvements dans ces métiers entraîne une hausse du travail au noir et surtout du travail au gris. Le travail au gris est l’alternance entre travail déclaré et travail au noir. Il permet aux employés d’être bénéficiaires de la protection sociale sans avoir à payer trop de cotisations. Au final, le système de santé doit quand même payer pour des salariés qui ne cotisent plus. En trois mois, l’état espagnol a perdu 63 millions d’euros. Le seul intérêt de mettre en place cette mesure est donc contreproductif : ce phénomène devrait, en soi, suffire à abandonner le projet gouvernemental.

Ces nouveaux impôts pour les services à domicile vont ensuite favoriser le chômage en détruisant 60.000 emplois qui ont pourtant le mérite de n’être pas délocalisables…

Surtout, le plan du gouvernement consiste en une véritable casse sociale au nom de bénéfices fiscaux qui sont, on l’a vu, de pures chimères :

La défiscalisation de ces services aux domiciles avait pour but de favoriser l’émancipation des femmes dans notre société. Des femmes qui n’étaient plus cantonnées aux foyers et à la garde des enfants car elle pouvait prendre quelqu’un à domicile. Les socialistes seraient-ils nostalgiques de « la femme à la maison » ? Pourquoi Najat Belkacem ne dit-elle rien ? N’est-elle pas ministre des Droits des femmes ?

Par ailleurs, que vont devenir les milliers de personnes du troisième et quatrième âge dont la prise en charge était assurée par les salariés des services à domicile ?

Les mères ont-elles le droit de faire carrière ? Les personnes d’un certain âge doivent-elles être enfermées dans des maisons de retraite ? Les femmes de ménage et les nounous doivent-elles retourner à la précarité en quittant un statut qui les sécurisait ?

Une drôle de niche fiscale abattue sans vergogne par le gouvernement !

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom