Top

Crise Libyenne : La résolution 1973 « est violée dans l’esprit et la lettre »

le 25 mai 2011 à 10:24 

L’Union africaine (UA) consacrera aujourd’hui – date du 38e anniversaire de la création de la défunte «Organisation de l’unité africaine» et à la demande de Tripoli qui a évoqué son souhait de «mobiliser» les capacités du continent «pour faire face aux forces extérieures» qui l’agressent – un sommet extraordinaire à la crise libyenne.

Les chefs d’Etat et de gouvernement du continent noir tenteront durant ces deux jours «d’examiner la situation» dans ce pays à la lumière du «travail» accompli par le comité ad hoc de haut niveau créé, à la mi-février et d’articuler leurs réponses pour un règlement rapide de cette crise qui s’aggrave depuis que la résolution 1973 «est violée dans l’esprit et la lettre», dixit le président de la Commission de l’UA, Jean Ping. Addis-Abeba exhortera-t-elle Tripoli et Benghazi à regarder de nouveau sa «feuille de route» ? Rien n’est moins sûr. Le Conseil de transition désormais reconnu comme «organe légitime» par Washington et Moscou en passant par Paris et Londres, ne compte pas se plier à cette offre de paix. Officiellement, tant que Kadhafi et ses enfants sont encore au pouvoir.

Réellement, les rebelles plaident dans toutes les chancelleries pour la convocation d’une convention nationale, la désignation d’une assemblée constituante ouverte aux autorités traditionnelles et aux transfuges de Kadhafi et la tenue des élections générales sous leur égide et celle des observateurs occidentaux. Ces «propositions» seraient contenues dans un document qu’ils comptent soumettre aujourd’hui au sommet d’Addis-Abeba. Comme pour faire une pression sur la très critique UA, l’Otan dont le mandat pour l’opération «Protecteur Unifié» expire fin juin, déverse sans discontinuité depuis hier matin, un déluge de feu sur Tripoli qui tient toujours debout. La France et la Grande-Bretagne annoncent le déploiement de leurs hélicoptères pour des frappes au sol «plus précises» afin de neutraliser les moyens militaires de Kadhafi qu’Obama, très réticent à jouer les premiers rôles en Libye, exhorte à s’exiler pour éviter aux «alliés» un engagement de «quelques mois», selon le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom