Top

Rassemblement à Paris pour la libération des prisonniers d’opinion sahraouis

le 26 mars 2011 à 11:44 

Un rassemblement pour la libération des prisonniers d’opinion sahraouis au Maroc s’est tenu vendredi après-midi sur le Parvis des droits de l’homme à Paris, à l’appel d’associations de soutien au peuple sahraoui et de partis politiques français.

« Non à la répression dans les territoires occupés » et « Libérez les détenus politiques », pouvait-on lire sur les banderoles portées par les manifestants qui ont décidé, en prolongement de l’appel des jeunes sahraouis des territoires occupés, de faire de ce 25 mars une « journée de mobilisation contre l’occupation ». Selon le militant sahraoui des droits de l’homme, Brahim Sabar, « hier (jeudi), un autre camp sahraoui de 15 tentes a été démantelé manu militari par les forces marocaines près de la ville de Laâyoune et ses occupants, dont des femmes et des enfants, délogés par la force ».

Le secrétaire général de l’Association des victimes des atteintes graves aux droits de l’homme (ASVDH) commises par le Maroc a rappelé que des détenus politiques sahraouis « croupissent toujours dans les geôles marocaines », sans savoir quelles sont les accusations qui pèsent sur eux.

Lui même incarcéré en 2006, a souligné que les accusations retenus contre lui et les détenus actuels dans les prisons marocaines sont « infondées et expliquent les reports, sans raisons apparentes, des procès ».

Aux yeux de Jean-Paul Le Marec, un sympathisant de la cause sahraouie, le Maroc « n’a pas de véritables accusations contre ces détenus. Certains sont poursuivis par un tribunal militaire, à l’image de Naama Asfari, coprésident du Corelso, et sont depuis le 7 novembre 2010 dans l’isolement total, privés de courrier et de la presse ».

« Le fait que leur procès ne soit pas tenu traduit une gêne de la part du Maroc qui a peur que des observateurs étrangers y viennent pour en superviser la tenue, au même titre que la presse », a-t-il indiqué.

De source sahraouie, plus de 150 militants des droits de l’homme sont encore détenus. Vingt d’entre eux, dont Naama Asfari, Brahim Dahane et Ali Salem Tamek, sont poursuivis devant le tribunal militaire et risquent de lourdes peines de prison. Les organisateurs du rassemblement ont aussi appelé à l’extension du mandat de la Mission des Nations unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso) à la surveillance des droits de l’homme dans les territoires occupés, au respect du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’organisation « rapide » d’un référendum d’autodétermination.

Dans la matinée, Aline Pailler, présidente de la plate-forme pour la solidarité avec le peuple sahraoui, avait déploré que la communauté internationale qui soutient les mouvements dans des pays arabes « pour élargir les espaces de liberté » fasse preuve de « cécité » lorsqu’il s’agit de la lutte du peuple sahraoui pour son droit à autodétermination.

Lors d’une conférence de presse animée à l’occasion de la journée de mobilisation contre l’occupation du Sahara occidental par le Maroc, l’ex-députée européenne, a dressé un bilan accablant du rôle de la France et de l’Union européenne « qui restent sourdes aux souffrances du peuple sahraoui, en se faisant le porte-parole du Maroc ».

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

4 Réponses à “Rassemblement à Paris pour la libération des prisonniers d’opinion sahraouis”

  1. saad 28 mars 2011 12:35

    une autre chose les personne détenue au Maroc sont des terroriste et non pas de politicienne car s’il n’utilise pas la force il ne seront pas détenu , je pense qu’il sont même plus dangereux que ceux détenu a « goinantamou  » usa

  2. saad 28 mars 2011 12:27

    ces derniers manifestations montre que le polisario vie ces derniers jours, je pense que le fait de lever un drapeau ne vas pas créer un état, au Maroc tout es clubs sportive possède un drapeau , il ne faut pas courir devant
    la fin de kadafi est arrivé et je pense que le polisario ne vas pas demandé l’aide d’un criminel qui sera exécute comme sadam houcein ca c’est sur

  3. sahraoui 27 mars 2011 18:23

    pourquoi cet article n’a rien dédié aux violations des droits de l’homme dans les camps de Tindouf, ou les femmes sont violées et contraintes aux mariages forcées par les généraux Algériens, et ou la population sahraouie souffre des maladies et de la famine. l’affaire du sahara occidental n’est qu’une pièce de théâtre orchestré par le gouvernement Algérien du FLN qui ne veut avoir qu’une façade maritime vers l’océan atlantique.
    pourquoi l’Algérie n’a rien fait pour les peuples qui ont souffert le martyr dans les autres coins du monde (kosovo, tchétchénie, Lybie, kurdistan.etc…)?? pourquoi l’Algérie ne se focalise que sur son voisin le Maroc?

  4. sahraoui 27 mars 2011 18:16

    il n’existe pas un peuple sahraoui mais des tribus sahraouis, le droit international donne le droit à l’autodétermination aux peuples mais pas aux tribus. Le maroc ne viole donc pas le droit international
    Le sahara occidental est un territoire historiquement et juridiquement marocain, les liens d’allégeance existaient bel et bien entre le maroc et les chefs de tribus sahraouies qui reconnaissaient la souveraineté du roi du Maroc sur ce territoire, la monnaie d’échange était le dirham marocain, la prière du vendredi se faisait au nom du sultan du Maroc, etc…. Les espagnoles ont séparé ce territoire artificiellement du Maroc. L’Algérie essaie en vain de créer un état dans ce désert pour avoir un accès à la façade atlantique, il s’agit d’une grave atteinte à l’intégrité territoriale marocaine qui ne sera tolérée par aucun citoyen marocain
    Le problème du sahara est la mascarade du siècle

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom