Top

Sahara occidental: lettre ouverte d’élus français au président Sarkozy

le 26 avril 2011 à 16:22 

Des élus et des représentants de la société civile française ont adressé une lettre ouverte au président de la République française, Nicolas Sarkozy, sur la situation de violation des droits de l’homme au Sahara occidental.

Dans cette lettre, ces représentants associatifs et élus français qui reviennent d’une mission humanitaire d’observation dans les camps de réfugiés sahraouis, ont demandé au président français de « soutenir les revendications légitimes du peuple sahraoui et de voter au Conseil de sécurité des Nations unies, le 28 avril, pour l’extension de la mission de la MINURSO au contrôle de la violation des droits humains dans les territoires occupés ».

Ces élus et représentants des collectifs de Lyon, Paris, Marseille et Metz ont également demandé au président français de « tout mettre en œuvre pour que le Droit international soit enfin respecté et qu’un référendum d’autodétermination soit organisé dans le respect de la résolution 1514 de l’ONU ». La France avait opposé son veto au Conseil de sécurité de l’ONU, l’année dernière, concernant l’élargissement de la mission de la MINURSO (Mission des Nations unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental).

« Il est urgent que le peuple sahraoui, qui a fait le choix d’une résistance pacifique, puisse enfin décider librement de son avenir », ont souligné ces élus dans une lettre signée par la vice-présidente régionale Lorraine, Jacqueline Fontaine, la conseillère générale des Bouches-du-Rhône, Evelyne Santoru, la conseillère municipale de Tour, Nadia Hamoudi et Pierre Cœur, professeur en médecin à Lyon.

En appelant à « l’engagement indéfectible » du président français pour « le respect et la défense des droits humains conformément aux valeurs universelles de la République française », ces élus ont relevé que les Sahraouis « considèrent toujours la France comme le pays des droits de l’homme et comptent sur notre soutien pour que leurs droits soient respectés et que le processus de décolonisation aboutisse ».

« Nous avons rencontré des Sahraouis vivant dans les territoires occupés qui ont été victimes de violations de leurs droits, emprisonnement arbitraires, sévices, tortures, viols… », ont-ils dénoncé dans leur lettre, ajoutant que plusieurs ONG dont Amnesty International font régulièrement état de violations des droits de l’homme au Sahara occidental.

Les représentants associatif et élus français ont également indiqué avoir constaté de visu les conditions de vie « précaires » des familles sahraouies qui vivent depuis 35 ans « dans le plus grand dénuement, privées de leur territoire et séparées des leurs par un mur militarisé de 2.500 km ».

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom