Top

Notre-Dame-Des-Landes : le dilemme écologiste

le 27 février 2014 à 19:26 

 cécile_duflot_photoPartiSocialisteLes incidents ayant émaillé la manifestation contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ont fait le tour des chaines TV. Face à une telle violence, les condamnations du gouvernement et de l’opposition sont unanimes. Cependant, le soutien affirmé de Cécile Duflot aux opposants rend la position des écologistes de plus en plus délicate.

Dimanche dernier, dans le centre-ville nantais, les gaz lacrymogènes des CRS et gendarmes mobiles répondaient aux pavés et engins incendiaires des manifestants. La ville, en état de siège, prenait une allure de guerre civile. Régulièrement, on pouvait voir des vitrines brisées, des magasins incendiés et des barricades construites sur le trajet du cortège avec des barrières, des poubelles et des engins de chantier. Il était plus d’un millier de casseurs, la plupart venue de l’ultra-gauche, habitués aux Blacks Blocks et aux guérillas urbaines. En bref, une manifestation gâchée, à laquelle s’était jointe un bon nombre de militants, d’élus et de cadres écologistes.

Officiellement, les écologistes sont fermement opposés au projet de Jean-Marc Ayrault. Cécile Duflot a ainsi affirmé « être de cœur » avec les manifestants avant le départ du cortège et ce, malgré son poste de ministre du Logement. Une attitude paradoxale qui ne laisse pas indifférent et qui pose la question de la légitimité des écologistes au gouvernement. En effet, comment peut-on être dans un gouvernement et à la fois affirmer publiquement soutenir une manifestation justement destinée contre l’un des projets régionaux les plus importants de ce gouvernement ? Le problème est que ce n’est pas la première fois que socialistes et écologistes s’empoignent au sein même du gouvernement. Hier, c’était entre Manuel Valls et Cécile Duflot, au sujet de l’Affaire Léonarda. Aujourd’hui, on retrouve Cécile Duflot, cette fois opposée au Premier Ministre.

Les écologistes sont en effet dans une situation des plus délicates au sein du gouvernement. L’alliance avec les socialistes apparait en effet comme leur seul moyen d’existence au niveau politique national et perdre les ministères octroyés par le gouvernement serait une véritable catastrophe pour eux. D’autant que l’alliance rose-verte est régulièrement critiquée. En Ile-de-France, la « gabegie rose-rouge-verte » majoritaire au  Conseil régional est de plus en plus mal en point, notamment depuis les révélations de quelques scandales qui ébranlent le mandat du président socialiste Huchon de la région.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

Une réponse à “Notre-Dame-Des-Landes : le dilemme écologiste”

  1. David 4 mars 2014 18:17

    Encore une fois la ministre du logement fragile le gouvernement à cause de ses opinions qui, il faut le dire, n’ont pas de liens avec ses prérogatives ministérielles… Bref, les Nantais ne devraient la connaitre que pour ses lois sur l’immobilier plutôt que pour ses déclarations cavalières… Et ce d’autant plus que la loi Duflot a été une réussite dans la région : http://www.loi-duflot.fr/loi-duflot-nantes/

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom