Top

Sahara Occidental: Farida Boudaoud a brisé « le mur du silence »

le 27 avril 2011 à 19:58 

La vice-présidente du Conseil régional Rhône-Alpes et membre du bureau national du Parti socialiste français, Farida Boudaoud, a indiqué mercredi à Alger que la visite effectuée par des élus français récemment dans les camps des réfugiés sahraouis, près de Tindouf, avait servi à « briser le mur du silence ».

« Les élus et représentants de la société civile français ont pu constater de visu la situation de violation des droits de l’homme au Sahara occidental », a affirmé Mme Boudaoud lors d’une rencontre avec le président du Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui, suivie d’un point de presse.

Elle s’est dite en outre « optimiste pour le peuple sahraoui » après la lettre ouverte adressée, mardi dernier, par la délégation d’élus français ayant séjourné à Tindouf, au président de la République française, M. Nicolas Sarkozy, sur la situation de violation des droits de l’homme au Sahara occidental.

« Le Conseil de sécurité des Nations Unies se réunit jeudi et je reste optimiste pour le peuple Sahraoui », a-t-elle dit, rappelant que les élus avaient demandé à M. Nicolas Sarkozy de « soutenir les revendications légitimes du peuple sahraoui et de voter au Conseil de sécurité de l’ONU en faveur de l’extension de la mission de la MINURSO au contrôle des droits humains dans les territoires occupés » ». De son côté, Abdelli Hebbache, chargé de mission auprès du Conseil régional Rhône-Alpes, en France, a qualifié la cause sahraouie de « juste », appelant la société civile française à « appuyer le peuple sahraoui dans sa lutte pour l’autodétermination ».

Abondant dans le même sens, Maya Sahli, universitaire spécialiste dans le Droit international et membre du CNASPS, a souligné que le message des élus français devrait donner une « visibilité » à la cause sahraouie auprès de la société française et des partis politiques de ce pays, généralement « mal informés » sur le sujet.

En ce sens, le vice-président du CNASPS, Dr Said Ayachi a insisté sur la « levée de l’embargo médiatique en France sur la question sahraouie », et a invité d’autres membres de la société civile et partis politique de ce pays à « multiplier » les visites dans les camps des réfugiés sahraouis.

« La diplomatie de la société civile devrait compléter la diplomatie traditionnelle afin de mener une campagne de sensibilisation et de médiatisation de la cause sahraouie », a recommandé Dr Ayachi.

Le président du CNASPS, Mahrez Lamari, a adressé ses remerciements aux membres de la délégation française pour leur « soutien » et leur « activisme », et a réitéré la position de l’Algérie qui plaide pour l’application de l’ensemble des résolutions de l’ONU, notamment la 1514 sur le droit des peuples à l’autodétermination.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (6 votes, moyenne: 4,00 de 5)
Loading...

Une réponse à “Sahara Occidental: Farida Boudaoud a brisé « le mur du silence »”

  1. Momo 28 avril 2011 13:32

    Un proverbe arabe dit : Si t a pas honte dit ce que tu veux.
    c est mon message a Madame Farida Boudaoud.
    Brisé « le mur du silence » pour la Kabylie et ailleurs en Algérie t aura plus d estime de crédibilité.

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom