Top

Présidence de LR : les couteaux sont tirés dans une ambiance terne

le 28 août 2017 à 12:16 

C’est vrai, que l’ambiance chez « Les Républicains » n’est pas particulièrement joviale. C’est vrai aussi, que la situation du Parti n’est pas des plus reluisantes, mais cela ne veux pas dire, que la place de chef ne fait pas des envieux. Le campus annuel des jeunes LR, traditionnel rendez-vous de la rentrée politique de la droite, qui se déroule cette année au Touquet (France) a déjà permis à certains d’afficher clairement leurs prétentions.

Il y a eu des lendemains plus glorieux pour le Parti traditionnel de la droite, et les sévères défaites à la présidentielle et aux législatives, ont laissé des traces. La réunion publique, samedi en fin d’après-midi, n’a rassemblé qu’environ 300 personnes, en présence du président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand, le député de l’Oise Eric Woerth et le sénateur des Hauts-de-Seine Roger Karoutchi. Cela ne s’est pas arrangé dimanche, car il y avait encore moins de monde pour le discours de clôture de Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France.

Le tout, avec en toile de fond, le président de la République lui aussi au Touquet dans la maison familiale de la famille de son épouse, poussant le vice en s’offrant un bain de foule, certainement bien apprécié au milieu de sa chute de popularité dans les sondages.

Maintenant, que le décor est mis en place, il reste à voir les protagonistes. Il y a ceux qui râlent contre Macron comme M. Fasquelle, député du département qui a lâché un « ce n’est pas fair-play« , à propos du bain de foule du président. Il y a ceux qui n’en reviennent encore pas, comme Laurence Sailliet, une proche de Xavier Bertrand, qui explique « le désastre nous a meurtris, la défaite a été injuste, douloureuse. Nous assistons à l’éclatement de notre Parti. Mais le temps n’est pas au règlement de comptes« .

Puis il y a les combatifs, comme le président des jeunes LR, Antoine Sillani qui insiste, « ne laissons pas la modernité à Emmanuel Macron, la droite aussi peut être moderne« . Quant au délégué national des jeunes LR de Normandie, Jonas Haddad, celui-ci confirme, « contrairement à Macron, nous ne sommes pas des libéros-libertaires, nous sommes attachés à l’identité française« .

Cependant, ne nous y trompons pas, si l’animal est blessé, il bouge encore, et garde de jolis réflexes. Laurence Sailliet par exemple, au milieu de son abattement, elle distille un cinglant « la vision de la droite, ce n’est pas celle de Sens commun » à propos de l’émanation politique de la Manif pour tous, qui soutient la candidature du vice-président Laurent Wauquiez, qui a dû beaucoup apprécier.

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Elle a été rejointe par Pierre-Henri Dumont, jeune député du Pas-de-Calais qui déclare, « le futur président des Républicains ne devrait pas être candidat à la prochaine présidentielle« , connaissant pertinemment les ambitions élyséennes du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

On attend avec impatience la réaction de Laurent Wauquiez. Comme souvent, l’heure ne semble donc pas à la synthèse, et au consensus, mais à la prise de pouvoir. Le Parti « Les Républicains » mort, non ! Seulement blessé.

Crédit photo : Campus Républicain

 

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom