Top

Etat palestinien – ONU : Les larmes de crocodile de Bruxelles

le 29 septembre 2011 à 7:55 

Depuis, hier, l’ONU planche sur la doléance de Mahmoud Abbas demandant pour son peuple un Etat. Bruxelles, pourtant, sait que Tel-Aviv n’a pas pour intention d’acter cela.

Au demeurant, un Etat palestinien a déjà été proclamé à Alger par Yasser Arafat. Mais il a compté pour du beurre. En coulisses, parlementaires et diplomatiques, l’Union européenne dit et fait répercuter «pour négocier l’Etat palestinien, il faut être deux, au moins… Pour le moment, il n’y en a qu’un, Mahmoud Abbas, c’est insuffisant». Hypocrisie et pharisianisme légendaires de Bruxelles, mis à part, cela est vrai. Tout le monde, compétent ou pas, intéressé ou pas du tout impliqué, mu par de bonnes ou mauvaises intentions, tout le monde donc le dit et le relève : depuis 1948 et le premier plan de partage, refusé à l’époque, hélas par les Arabes, Israël ne cherche pas la paix, ni veut d’un Etat palestinien et n’a aucune intention d’accorder quoi que ce soit. Si c’était autrement, on l’aurait su, tout de même.

Depuis la mort-impacte de Arafat, Tel-Aviv a obtenu à peu près tout ce qu’il désirait. Arrêt de la résistance, divisions inter-palestiniennes et éclatement de l’autorité morale des ex-Philistins. Le sionisme et Moubarak faisant le reste. Isolement total de la bande de Ghaza, livrée à la seule idéologie de Hamas. Ce dernier, actionné à distance, passe l’essentiel de son temps à casser du Abou Mazen et à dénoncer l’existence même de l’Etat israélien, est la justification majeure, le divin prétexte pour reléguer aux calendes judéo-arabes l’Etat cher à Abou Ammar. C’est-à-dire à tout jamais. Pour autant, le chef de l’Autorité palestinienne a bien calculé en posant la candidature de son peuple à l’ONU.

L’acte permet, en effet, d’identifier les faussaires et les usurpateurs. Nombreux, il est vrai, par les temps qui courent. D’où les angoisses européennes, du moins celles des 27 regroupés au sein de l’UE. Bruxelles craint les divisions intercontinentales (Berlin votant contre l’Etat palestinien, Paris et Londres s’abstenant, ce qui revient au même, et d’autres levant la main pour dire oui à Abou Mazen…

Mais, plus que cela, les chefs de l’UE ne veulent pas apparaître comme des satrapes, des chenapans, des escrocs diplomatiques. Défenseurs de la veuve et de l’orphelin en Libye, levant l’étendard des droits de l’homme en Syrie et en Iran, dénonçant le piétinement de la dignité humaine en Birmanie, en Chine, en Corée du Nord, à Cuba, mais taiseux, trop taiseux, extrêmement taiseux par rapport au statut privilégié acquis par Israël qui ne se sent concerné par rien qui émane de l’instance onusienne. Et quand ça risque, quand même, de faire mal, il y a le veto des States, et les abstentions du Vieux Continent.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom