Top

L’hommage à Mandela par ceux qui l’ont connu

le 31 décembre 2013 à 10:55 

Nelson Mandela

 

Le 5 décembre dernier, à l’âge de 95 ans, un monument de l’Histoire du monde s’est éteint. Laissant derrière lui une œuvre immense, digne et pleine de bonté, son décès a marqué les consciences du monde entier. Pour Jean-Yves Ollivier, « avec la mort de Nelson Mandela, c’est tout un pan de l’histoire mondiale que l’on enterre ».

Assez peu connu en France, Jean-Yves Ollivier est pourtant une sommité en Afrique. En fait, il fait partie de ceux qui se sont battus aux côtés de Mandela pour mettre un terme à l’Apartheid. En sa qualité d’homme d’affaires travaillant en Afrique, il a très rapidement ressenti un indicible besoin de se battre pour libérer Madiba et faire chuter le régime ségrégationniste sud-africain. A sa manière, toujours dans l’ombre et loin des journalistes, il a servi de diplomate officieux entre les différents gouvernements africains mais aussi pour le compte du pouvoir français.

Pour ce businessman talentueux, la fin de l’Apartheid n’est pas celle la victoire de l’égalité, mais aussi le début de la fin de la Guerre Froide. En effet, après la conférence de Brazzaville en 1985 –qu’il a notamment contribué à organiser-, les grandes puissances communiste et américaine se sont retirées de l’Afrique, dernier champ de bataille de la Guerre Froide. En bref, un retour des soldats qui a permis d’enclencher un processus de paix à plus grande échelle. Si l’on pouvait penser que l’Afrique se serait de nouveau déchiré sans l’appui des grandes puissances, les choses furent totalement différentes. Sous l’égide de Nelson Mandela, les Africains mirent fin eux-mêmes à l’Apartheid et rétablir la paix en Afrique australe.

« Avec une rapidité surprenante, les grandes puissances les abandonnent à elles-mêmes. Alors que le moindre conflit en Afrique mobilise d’ordinaire des myriades de « pacificateurs » extérieurs et d’avocats, la fin de l’apartheid peut être négociée exclusivement entre Sud-Africains » explique-t-il.

De son enfance dans les milieux de l’Algérie française, il a gardé un certain gout de l’action et franc-parler très marqué. Son histoire, croisée à celle de Mandela, est racontée dans le film « Plot for Peace », sorti en salle en France et à l’étranger.

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom