Top

Les pharmaciens sont en pourparlers avec l’Assurance-maladie pour obtenir des honoraires

le 11 avril 2013 à 14:42 

dscf0025Depuis les ides de mars, les pharmaciens s’entretiennent avec l’Assurance-maladie pour obtenir un « honoraire de dispensation » équivalant à 25% de leur rémunération.

En  mai 2012, les pharmaciens montaient au créneau pour bénéficier des honoraires lorsqu’ils dispensent des ordonnances, conseillent des patients ou les suivent mais la discussion n’a été véritablement engagée avec l’Assurance-maladie qu’ en mars 2013 .  Ils espèrent, à terme, dissocier leurs rémunérations de la vente des médicaments.

Présentement, leurs revenus dépendent entièrement du volume et du prix des médicaments vendus aux patients or, le prix d’une partie de ces médicaments, remboursés par la sécurité sociale, ne cessent de diminuer, entraînant dans leur chute la rétribution des pharmaciens. Selon Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats des pharmaciens d’officine (USPO), syndicat minoritaire, la «marge brute a baissé de 2% en 2012 » et « une chute de 3 à 3.5% » est à prévoir cette année.

Si les négociations avec l’Assurance-maladie aboutissaient, 25% de la rémunération de ces praticiens seraient fonction de « l’honoraire de dispensation » en 2017, c’est-à-dire, un montant « inférieur à 5 euros par acte de dispensation d’ordonnance » selon Philippe Besset, vice-président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). En premier lieu, le taux serait fixé à 12.5% en 2014.

Ils réclament également des rémunérations forfaitaires dans les cas où ils suivraient certains patients à qui l’on a prescrit des anticoagulants. Les négociations devraient prendre fin en mai.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

Une réponse à “Les pharmaciens sont en pourparlers avec l’Assurance-maladie pour obtenir des honoraires”

  1. citoyen33 12 avril 2013 08:17

    les pharmaciens essayent par tous les moyens de gagner plus d’argent après s’être gavés pendant des décennies .
    En quoi sont ils concernés par le suivi des patients, eux qui se complaisent à rester deriere leur comptoir !!
    Les médecins et les infirmiers libéraux le font déja tous les jours en suivant leurs patients à domicile et en privilégiant ainsi la relation de proximité.
    On va encore inventer une machine à gaz avec les dérives financières que cela impliquera, il serait bon que chacun reste à sa place.

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom