Top

L’alcoolisme soigné grâce à un vaccin

le 29 janvier 2013 à 10:59 

Vers-un-vaccin-antituberculeux-plus-efficace-pour-l-adulte_article_popinA Santiago, des chercheurs de l’Université du Chili ont développé un vaccin qui pourrait soigner les personnes victimes d’alcoolisme. Ce vaccin est destiné à être bientôt testé.

Selon l’Enquête nationale de santé, un vaccin pour lutter contre l’alcoolisme devrait être testé au Chili, pays où l’alcoolisme est un vrai fléau, 18% de la population buvant de l’alcool en quantité excessive. Ce vaccin est le premier de son genre.

C’est en novembre prochain que les tests commenceront sur un groupe de vingt personnes plus ou moins dépendantes à l’alcool. Le docteur Juan Asengo qui s’occupe de ces tests a déclaré être confiant, « si cela fonctionne, cela aura un impact mondial. Mais comme pour beaucoup de vaccins, il faut le tester avec prudence. Je pense que les chances pour que celui-ci marche sont plutôt élevées ».

Le journal chilien La Tercera explique le principe de ce vaccin. Son but est d’empêcher les enzymes du foie de faire leur travail c’est-à-dire de dégrader l’alcool. Ainsi, dès les premiers verres, la personne vaccinée ressentira les symptômes d’une gueule de bois, vertiges, maux de tête, nausées, etc.

Ce vaccin amènerait donc les alcooliques à ne plus supporter une goutte d’alcool. Le docteur Juan Asenjo a expliqué sur la radio Cooperativa qu’ « avec ce vaccin, l’envie de boire sera très faible à cause des réactions qu’il va engendrer ».

Une mutation génétique découverte chez 20% de la population asiatique est à l’origine de ce vaccin. En effet, il a été découvert que 20% de la population asiatique ne tolérait pas l’alcool suite à une mutation d’un de leurs gènes. Ce gène a été isolé par des chercheurs et intégré dans un vaccin destiné à être injecté chez les patients souffrant d’alcoolisme qui ne supporteront alors plus de boire de l’alcool.

Le docteur Juan Asenjo tient tout de même à préciser que ce vaccin n’est pas une solution en soi, il ne peut que soigner la partie « chimique » du problème. En effet, il ne règlera pas le « problème social », le « problème de personnalité » dont souffrent les personnes alcooliques et encore moins la dépression souvent présente chez ces derniers.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom