Top

Le Point G identifié sur un cadavre

le 30 avril 2012 à 12:08 

Le mythe vient d’être dévoilé : le Point G existe bel et bien. Un gynécologue l’aurait localisé lors d’une autopsie sur le cadavre d’une mamie de 83 ans. Est-ce pour autant la fin du débat ?

Dans les années 50, un gynécologue du nom d’Ernest Gräfenberg a émis l’hypothèse d’une zone extrêmement sensible au niveau du vagin. Cette zone devait être la source de l’orgasme féminin. Cette hypothèse a été une véritable révolution dans la sexualité après-guerre.

Mais, malgré divers tests et diverses recherches, rien de concluant n’a été découvert pour confirmer, ou infirmer, l’hypothèse du docteur Gräfenberg. Deux camps se sont alors créés chez les spécialistes de la sexualité : ceux qui croyaient en son existence et ceux qui n’y croyaient pas.

Mais voilà que le professeur Adam Ostrzenski, de l’institut de gynécologie de St Petersbourg en Floride, aurait identifié une zone très petite et extrêmement riche en terminaisons nerveuses. Son étude a été publiée dans la revue Journal of Sexual Medecine.

La zone, qui ne fait que 8,1 mm de long, 1,5 à 3,6 mm de large et 0,4 mm de haut, a été identifiée lors de l’autopsie d’une femme âgée de 83 ans. Mais le monde scientifique reste sceptique.

Un des problèmes qui se posent est celui de la généralisation de l’existence d’une telle zone chez toutes les femmes sur la seule base de sa découverte chez l’une d’entre elles.

Quoi qu’il en soit, il semblerait que cette nouvelle découverte soit un grand argument en faveur de la thèse de Gräfenberg. Elle permet sans doute d’éclairer un peu la situation et incitera de nouvelles études qui viendront la confirmer, ou l’infirmer, à son tour.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom