Top

Antidépresseurs et volant : un mélange très dangereux

le 31 août 2012 à 9:05 

L’agence du médicament, l’ANSM (anciennement Afssaps) a publié une étude qui révèle les dangers qui existent lorsque l’on prend des antidépresseurs et le volant.

Le risque d’accident semble être accru lorsqu’une personne en début de traitement ou qui vient de le changer, prend le volant. La cause, sans doute, revient à la réaction du corps face aux antidépresseurs.

Pour cette étude, l’ANSM a étudié le cas de 72.685 qui ont eu un accident de la route entre 2005 et 2008. Une simple comparaison entre les dossiers maladies des conducteurs ayant eu un accident a révélé que les antidépresseurs augmenteraient le risque d’accident de la route.

Ce risque est accru de 34% si le conducteur a pris un antidépresseur la veille de l’accident. Mais le risque maximum, augmenté de 49%, s’avère exister lorsque le traitement vient d’être commencé. Le risque est accru de 32% quand le traitement vient d’être changé.

L’étude demande donc aux médecins de prévenir les patients de ce risque afin qu’ils puissent prévoir et maintenir une vigilance accrue en cas de trajet en voiture.

Publiée dans le Journal of Clinical Psychiatry, l’étude dont Emanuel Lagarde est co-auteur ne veut pas signifier qu’il faut déconseiller la prise d’antidépresseurs à qui doit prendre le volant mais qu’il faut mettre l’accent sur la vigilance de la personne.

En effet, il est difficile de savoir si le risque est lié au médicament en lui-même ou à l’état dépressif qui nécessite la prise de ce médicament.

Toutefois, les antidépresseurs en France présentent un pictogramme de « niveau 2 » qui signifie qu’il est déconseillé de prendre le volant sans l’avis d’un professionnel de la santé.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom