Top

Streaming illégal : plus d’un enfant sur deux est exposé à des contenus à risques

le 14 décembre 2016 à 18:25 

imagesDans un récent sondage, OpinionWay révèle que plus de la moitié des parents laissent leurs enfants fréquenter des sites de streaming et de téléchargement illégaux sans surveillance. Un constat alarmant quand on connaît les dangers que représentent ces plateformes en termes d’exposition à des contenus pornographiques.

Quasiment absents du débat public, les risques d’exposition infantile à la pornographie en ligne ont pourtant de quoi inquiéter les pouvoirs publics, à en croire la dernière étude publiée par OpinionWay le 8 décembre 2016. Selon ce sondage mené auprès de plus de 2 000 adultes français, 55 % des parents estiment que leurs enfants regardent des vidéos (films, séries ou programmes sportifs) sur des sites illégaux, et donc susceptibles de les conduire à des contenus inappropriés pour leur âge. Pour 33 % des sondés, leurs enfants les fréquenteraient au moins une fois par semaine. D’après ce même sondage, 42 % des parents estiment d’ailleurs que leurs enfants ont déjà été exposés à des images à caractère violent sur le web et 23 % à des images à caractère pornographique.

Au-delà des risques informatiques que présentent ces plateformes, l’accès à des sites de streaming, de live-streaming et de téléchargement illégaux pour des mineurs constituent surtout un danger pour l’épanouissement personnel. Selon l’association Ennocence, qui lutte depuis mars 2015 pour sensibiliser les autorités publiques aux risques d’Internet et qui a commandé ce sondage, l’exposition infantile à des contenus pornographiques peut laisser de graves séquelles : troubles du sommeil, dépression, violences à l’école et même déviances sexuelles. Les résultats du sondage d’OpinionWay s’expliquent pourtant par une autre révélation de l’étude : 52 % des parents ne surveilleraient pas leurs enfants sur internet.

Les risques d’exposition à des contenus potentiellement dangereux varient toutefois en fonction du niveau de revenus du foyer : les enfants des familles les plus modestes fréquentent davantage les sites de streaming et de téléchargement illégaux, probablement parce qu’ils n’ont pas les moyens d’accéder à ces contenus via des solutions légales, donc payantes.

La pornographie en ligne, trop peu abordée par les responsables politiques

« Il est temps que nous prenions conscience du besoin impérieux de notre société de bénéficier d’une véritable éducation émotionnelle », estime Brigitte Lahaie, animatrice radio et ambassadrice de l’association Ennocence. « Parler seulement de sexualité n’est pas notre sujet. La société agit de multiples façons dans la construction de nos personnalités. Préparons nos futures générations à se construire dans un monde en évolution rapide ».

Une problématique absente des programmes des candidats à la présidentielle 2017, qui serait encore trop peu encadrée par les pouvoirs publics. 66 % des parents considèrent en effet que les mesures légales ne sont pas suffisamment efficaces pour protéger leurs enfants des dangers du web, et 79 % estiment que la question n’est pas assez abordée par les responsables politiques.

« À l’approche de l’élection présidentielle, nous souhaitons interpeller nos femmes et hommes politiques sur la nécessité de tout mettre en œuvre pour protéger nos enfants et jeunes adolescents de ces nouveaux risques », déclare Gordon Choiseul, président d’Ennocence. « Rien n’est fait en ce sens, et les parents se sentent démunis face à cet accès libre et sans contrôle réglementaire. Comme il est impensable d’afficher en nos rues et librement pornographie et images violentes, il est grand temps de considérer le web comme l’agora qu’elle est : un espace public à encadrer pour protéger nos concitoyens, jeunes ou moins jeunes. »

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom