Top

Maroc – Algérie : Un derby qui promet d’être spectaculaire à Marrakech

le 2 juin 2011 à 20:25 

L’heure du choc approche. Maroc- Algérie, c’est dans un peu plus de quarante-huit heures. Sur le terrain, car les points de cette explication vaudront double.

La victoire de l’un des deux antagonistes lui offrira l’opportunité d’entamer la dernière ligne droite dans la peau du potentiel candidat à la phase finale de la CAN-2012. Un nul pourrait les écarter tous les deux si, par malheur, la Centrafrique sortait victorieuse de son duel face à la Tanzanie. Et les derniers événements qui ont secoué le royaume chérifien ont déteint sur la vie sportive. Des supporters venus, lundi dernier, arracher le «sésame» du samedi 4 juin ont été rabroués à coups de matraque par les forces de l’ordre. Les billets d’entrée au nouveau grand stade de Marrakech se sont volatilisés en quelques heures, dimanche. Et le lendemain, ceux, nombreux, qui espéraient un «miracle», ont déchanté après une longue journée d’attente, sous le soleil de la Perle du Sud marocain. Une ville, qui n’inspire plus la même confiance d’avant l’attentat de Djamaâ Lefna, en février dernier ayant coûté la vie à une vingtaine de personnes. La sérénité des Merrakchis est visiblement ébranlée, malgré un quotidien qui paraît «ordinaire ».

A notre arrivée, mardi soir, le centre-ville, d’habitude grouillant de monde, semblait tristounet. Comme cette avenue Hassan II plongée dans un noir de deuil. Les touristes sont déjà au lit, pour la plupart. Les hôteliers, qui ont concédé d’importants rabais, faisaient grise mine. Le taux d’occupation des chambres est déroutant. «C’est la saison basse», dira, sans conviction, le réceptionniste du Fashion Hôtel qui s’attend à ce que l’activité reprenne de plus belle avec cet événement footballistique du 4 juin. Non sans reconnaître, par ailleurs, que le coup au café Argana a sapé le moral des tours opérateurs et bien plus les réceptifs. La bataille (sportive) entre les Lions de l’Atlas et les Fennecs serait-elle à ce point revitalisante pour le tourisme saharien du Maroc ? Le gouvernement de Rabat y croit fort. Même s’il concède à petits mots que l’équation n’est pas si simple. L’événement sportif peut déclencher le déclic, briser la barrière de la peur, et, même classé «à haut risque», ce rendez-vous constitue un investissement porteur et mérite, somme toute, d’être consenti.

10 000 agents de l’ordre déployés

L’effort est d’abord dirigé dans la sécurisation du derby. Pour les 40 000 supporters attendus samedi, les responsables de la sécurité marocains ont mis le paquet. D’importants moyens logistiques, des experts nationaux et même internationaux et une armée de 10 000 policiers sont annoncés et le plan de sécurisation entre en vigueur dès aujourd’hui. Pas spécialement aux alentours du nouveau stade mais sur tout le périmètre de la ville de Marrakech. La commission de sécurité, mise sur pied depuis plusieurs semaines, s’active à mettre en place les dernières retouches. Les réunions succèdent aux réunions. L’arrivée des premiers fans algériens, lundi et mardi, a déclenché l’alerte. Celle des joueurs d’Abdelhak Benchikha, hier en fin d’après-midi, a donné lieu à la mise en place d’un dispositif «adéquat ». L’objectif recherché n’étant pas seulement de rassurer la délégation algérienne… Le déploiement d’un aussi important contingent policier rassure-t-il pour autant les Merrakchis ? A cette interrogation, les avis divergent. Un vieil homme croit, pour sa part, que la ville étouffe.

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.


«Par le passé, la présence policière était timide, transparente. Et tout le monde se sentait en sécurité. Nous les autochtones et bien mieux les étrangers qui savouraient notre paisible ville-oasis. Aujourd’hui, la méfiance s’aggrave avec ces renforts venus des autres contrées du pays. Nous sentons que les autorités nous cachent quelque chose. Elles ont raison de craindre le pire, nous aussi…», assure Hadj Hammou. Les avenues, boulevards, rues et ruelles de Marrakech étaient, hier matin, plombés autant par les mesures de sécurité adoptées (interdiction de stationner près des principaux lieux publics) que par la remontée du mercure. Marrakech, qui s’enorgueillit de sa chaleur nocturne, est écrasée par l’approche d’un «spectacle» qu’elle ne semble pas avoir commandé.

Les fans algériens ne sont plus une curiosité…

L’intrusion des premiers supporters des Verts durant les deux derniers jours (lundi et mardi) annonce, pour nombre de Merrakchis, et de Marocains en général, le début de la grande explication. Les voisins de l’Ouest s’attendaient, espéraient surtout, un flux plus important. Les frontières fermées, les fréquences aériennes limitées à deux vols par jour, le nombre des fans algériens attendus samedi soir au nouveau stade de Marrakech ne dépasserait pas les 1 500 personnes. Mardi, sur le vol AH 4012 d’Air Algérie, ils étaient une cinquantaine de jeunes et de moins jeunes à occuper le Boeing 747 plein comme un œuf, dont une dizaine qui arborait l’attirail de circonstance. Pas de quoi attirer les regards des voyageurs et des personnels de l’aéroport Mohammed V de Casablanca. Une maman marocaine et ses deux petits enfants fredonnaient quelques tubes dédiés à Yebda et consorts.

«Le Maroc était de tout cœur avec l’Algérie, lors des éliminatoires du Mondial, en Egypte et au Soudan, puis au cours de la phase finale», dira le mari, un Marocain résidant en France depuis deux décennies. A la PAF, l’accueil n’est pas spécial. Juste «que le meilleur gagne dans la sportivité» ou bien des boutades de quelques fans algériens qui promettaient de mettre le feu dans le stade de Marrakech, samedi prochain. Trois jeunes Khenchelis, qui ont fait le voyage, demandaient des informations sur «les bons plans» pour faire la fête à Casablanca. Un Marocain, qui était de retour d’un «séjour agréable à Oran» proposait la station balnéaire de d’Aïn Dhiab… Nos petits Chaouis des monts Chabors promettaient d’effectuer une virée à Marrakech dès vendredi. Un septuagénaire qui dit visiter le Maroc pour la première fois de sa vie.

«J’ai été à La Mecque pour le pèlerinage. Maintenant, je suis là pour apprécier un pays qui m’a toujours attiré. J’ai des frères marocains pendant la Révolution et d’autres qui vivaient en Algérie dans les années 70», dit-il avant de lancer, subtilement, «Les frontières sont fermées mais nous sommes quand même chez nos voisins». Quelques fans cherchaient à connaître le moyen de se procurer les billets d’entrée au stade. L’un d’eux sortira du sujet en déclarant à un voyageur marocain que «samedi, au stade, nous serons plus de 10 000 à envahir le stade de Marrakech». La guerre des chiffres n’est plus du seul ressort des gouvernants.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

4 Réponses à “Maroc – Algérie : Un derby qui promet d’être spectaculaire à Marrakech”

  1. farid 3 juin 2011 13:36

    Cet article parle de tout sauf du foot .
    Vous êtes hors sujet . votre analyse sur la situation touristique à marrakech est à côté .
    Bien à vous

  2. hassan 2 juin 2011 20:51

    L’heure du match 21H (GMT +1).

  3. Kim 2 juin 2011 14:33

    Ce serait une bonne idée de mettre l’heure du match non?????! Tout un article oubliant le plus important!

  4. ben 2 juin 2011 13:43

    les marocains sont des grand sportifs depuis l’histoire du sport son bcps mieux d’autre nous allons faire un grand match contre l’équipe de l’algerie

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom