Top

Affaire de la goal-line technology : des révélations et un scandale en vue

le 15 janvier 2018 à 10:56 

Si l’utilisation de la technologie sur la ligne de but a comme on dit communément, fait un passage éclair dans le monde du football, la polémique sur sa mise en service n’est peut-être pas prête de s’éteindre. Des révélations d’une ancienne employée de la société, certes désavouée, pourraient faire perdurer l’affaire, et lui faire prendre une autre tournure.

Au micro de France Inter, Suzana Castaignède s’est lâchée, et ses déclarations faites au micro de France Inter sont édifiantes. Elle était opératrice au sein de la société GoalControl qui fournissait la goal-line technology à la Ligue de football professionnel. Elle raconte les dessous de cette technologie, qui non seulement semblait loin d’être maîtrisée, et donne à toute l’affaire des relents de pure escroquerie.

Suzana Castaignède a déclaré, « c’est vrai qu’il y a eu énormément de problèmes et de bugs, qui sont passés à la trappe« . Elle avoue avoir elle-même « triggé » à tort, c’est-à-dire déclenché manuellement la vibration sur la fameuse montre des arbitres, alors que le ballon était passé à côté du but. Elle précise en indiquant clairement, que la société mentait sciemment pour cacher les problèmes, « on mentait à tout le monde, on mentait aux arbitres, on mentait aux délégués… Ce serait moi, j’arrêterai la goal-line technology, aujourd’hui ; j’attendrai que ce soit peut-être un peu plus performant ou réfléchir à un autre prestataire. On le voit, presque à chaque journée de championnat, il y a des problèmes, il y a des bugs et c’est de pire en pire« .

La jeune femme prétend avoir voulu alerter la ligue, et lui présenter des preuves de la faillite du système, malgré des pressions de son entreprise, qui selon elle a essayé d’acheter son silence.

Rien n’y fit, et il a fallu attendre des incidents concrets, et le risque de discréditer un peu plus ses compétitions, pour que la ligue finisse par se résoudre à rompre le contrat avec une société aux pratiques plus que douteuses, si l’on en croit les accusations de Suzana Castaignède.

Ce livre devrait lui permettre d’engranger quelques subsides permettant de ne pas regretter d’avoir refusé l’argent, et les promotions de sa société pour son silence.

Crédit photo : david sarda

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom