Top

CAN 2012 : Soudan (2-1) Burkina Faso : Les Soudanais 42 ans après !

le 31 janvier 2012 à 18:35 

Historique. Le Soudan a franchi le premier tour d’une CAN pour la première fois depuis 1970 en battant le Burkina Faso (2-1) hier à Bata et en profitant du succès de la Côte d’Ivoire sur l’Angola (2-0), pour voir les quarts de finale de la CAN-2012.

Un doublé de Mudather Eltaib parti battre le gardien en duel (33e, 80e) et le résultat de l’autre match ont permis aux Crocodiles du Nil de dépasser l’Angola à la différence de buts (0 contre -1). Coïncidence, l’ouverture du score soudanaise est intervenue à la même minute que celle des Ivoiriens contre l’Angola. Le Soudan revient de loin. Equipe majeure des années 1960-1970, il avait ensuite connu une longue éclipse. «Le Soudan était absent de la CAN depuis 1976, et ne l’a retrouvée qu’en 2008, sans expérience (élimination au premier tour après trois défaites), avait souligné son sélectionneur Mohammed Abdullah Mazda dimanche auprès de l’AFP.

Cette année, on a fait mieux, et mon équipe a gagné le respect.» C’est le cas de le dire, puisque les Crocodiles du Nil, joueurs méconnus qui évoluent tous dans leur championnat national, ont devancé l’Angola (quart-finaliste des deux dernières éditions) et donc le Burkina Faso, comprenant des joueurs évoluant en Europe (Kaboré, Alain Traoré, Pitroipa…). Et si les Soudanais croient aux signes du destin, ils se diront que la dernière fois qu’ils sont sortis de la poule, c’était pour remporter le tournoi, en 1970, chez eux. Le Soudan n’aura pas été flamboyant, mais sérieux et très réaliste. Il essayait de construire, proposant un jeu assez fluide, quoique gêné par l’impact physique des Burkinabé. Les Crocodiles du Nil essuyaient en outre une déconvenue précoce en perdant le défenseur Nagm Eldin sur blessure dès la 2e minute.

Les Etalons, privés de leur maître à jouer Alain Traoré, s’en remettaient au seul Pitroipa : charge à lui de réaliser un exploit en solo. Las, le Rennais mettait le feu, sans suite (20e), et seul devant le gardien dans un angle excentré, adressait une frappe molle (43e). Puis s’éteignait. Dagano était esseulé en pointe et pas assez mobile pour prendre à défaut la défense rouge, alors que Ouedraogo a fait une bonne entrée, néanmoins gâchée par trop d’imprécisions dans le dernier geste. Même s’il a réduit le score en toute fin de match (90e+5). Maigre consolation, quand on voit le zéro pointé des troupes d’un Paulo Duarte, pourtant boursouflé d’ambitions.

Le sélectionneur « Duarte » (Burkina Faso) :«Je ne suis pas incompétent»

 «On a perdu le contrôle du match à partir du premier but du Soudan, l’équipe a baissé dans l’intensité du match. On a perdu parce qu’on a fait des erreurs individuelles, et on ne peut pas contrôler ça. Mon contrat finit en mars, j’ai envie de continuer. On progresse, mais si on n’a pas la bonne organisation qui accompagne cette progression, ce n’est pas la peine. Si je reste, on ira au Mondial. On a la qualité pour. Je vais étudier les propositions. J’ai l’amour de ce pays et je vais lui donner la priorité. Je suis prêt à rester, mais je ne vais pas démissionner, parce que je ne suis pas incompétent et que mon contrat court jusqu’en mars. J’étudierai les propositions et je verrai quelle suite donner à ma carrière. Sur cette CAN, on a montré nos points faibles, et on va travailler sur ça. Je pense quand même que c’est une équipe très solide. Je suis celui qui commande, je suis le premier responsable.»

Le sélectionneur « Mazda » (Soudan) : «C’est notre première victoire en CAN depuis 1970»

«Je suis très content, nous méritions d’être en quart. On a bien joué. On a une des équipes les plus jeunes dans ce tournoi, avec 24 ans de moyenne d’âge. Mon équipe progresse avec une défaite, un nul puis une victoire. C’est un de nos meilleurs matches. Le Burkina est bien organisé. J’avais dit à mes joueurs que ce serait le match le plus dur. Mes joueurs ont pris le rythme de la compétition. J’ai dit aux joueurs qu’on n’avait besoin que d’une victoire. C’est la première en CAN depuis 1970. Contre l’Angola, nous avions marqué deux buts, les premiers depuis 1976 dans ce tournoi. Tous les joueurs jouent dans le championnat soudanais et ont montré qu’ils pouvaient jouer à ce haut niveau. Il nous manque des fonds pour la préparation de l’équipe nationale, on va voir ce que va faire le gouvernement. La Zambie ? C’est une équipe bien organisée, qui a fait de bons résultats ».

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom