Top

Coran Brûlés en Afghanistan : Deux conseillers américains tués

le 27 février 2012 à 5:51 

Deux conseillers militaires américains ont été tués hier dans une fusillade au ministère de l’Intérieur à Kaboul, au cinquième jour d’émeutes qui secouent l’Afghanistan après l’incinération de Coran dans une base militaire américaine, a indiqué une source gouvernementale.

«Il y a eu une fusillade au PC de commandement du ministère de l’Intérieur et deux Américains ont été tués», a déclaré cette source, qui a requis l’anonymat. Ces deux victimes s’ajoutent aux quatre assaillants qui ont perdu la vie, dans l’attaque d’un complexe de l’ONU à Kunduz (nord).

Un début de matinée plutôt calme a accouché de deux rassemblements violents dans le pays, l’un à Mihtarlam, la capitale du Laghman (est), l’autre à Kunduz, capitale de la province éponyme, qui ont fait au total 4 morts et 71 blessés, un bilan encore provisoire. Quelque 28 personnes sont désormais décédées et plus d’une centaine d’autres ont été blessées en cinq jours d’émeutes dans le pays. À Kunduz, la manifestation a débuté vers dix heures.

D’après plusieurs témoins, les protestataires, dont le nombre n’a cessé d’augmenter pour atteindre plusieurs milliers, ont commencé par lancer des pierres sur les policiers, une fois parvenus au complexe de l’ONU. Puis, vers midi, ils se sont enhardis, décidés à entrer dans le petit camp de l’ONU. Les policiers, qui au départ tiraient en l’air pour les effrayer, ont alors visé les manifestants afin de les arrêter.

«Il y a des affrontements entre les manifestants et la police. Les protestataires essaient de rentrer dans le complexe, mais la police les a arrêtés», a d’abord indiqué Sarwar Husaini, le porte-parole de la police à Kunduz. Des renforts, notamment composés de forces spéciales de la police et de militaires, ont ensuite été envoyés pour défendre le complexe. À 14 heures, un correspondant de l’AFP a vu la police tirer sur des manifestants, ce que nie Sarwar Husaini, pour qui ce sont au contraire les protestataires qui étaient armés.

«Le bilan que nous avons jusqu’ici des hôpitaux fait état de quatre morts et de 56 blessés dans la manifestation du jour», a déclaré Sahad Mokhtar, qui dirige le département de la Santé publique de Kunduz. Denise Jeanmonod, une porte-parole de la mission de l’ONU en Afghanistan, l’Unama, a «confirmé l’incident», expliquant que l’Unama «évaluait la situation sur place», mais refusait d’en dire plus «pour la sécurité de (ses) salariés» présents sur site, dont le nombre n’est pour l’instant pas connu. Des colonnes de fumée peuvent être vues dans plusieurs parties de Kunduz.

«Ils ont brûlé plusieurs magasins et voitures dans la ville», a expliqué le porte-parole de la police. À Mihtarlam, quinze manifestants ont été blessés par balles et emmenés à l’hôpital public de la ville, ont indiqué des cadres de cet établissement. La manifestation s’est depuis achevée, a indiqué une source policière. D’après Abdullah, un manifestant de la province du Laghman, «près de 2 000 personnes» défilaient quand la marche est devenue «violente», des «protestataires jetant des pierres contre le palais du gouverneur» alors que les forces de sécurité ont «tiré en retour».

Des rassemblements, pour l’instant relativement pacifiques, de plusieurs centaines de personnes, se sont aussi tenus dans les provinces de Logar, Kunar et Nangarhar (est), Sari Pul (nord), Parwan (centre) Kapisa et Nouristan (nord-est), a déclaré Sediq Sediqqi, le porte-parole du ministère de l’Intérieur. Dans la nuit de lundi à mardi, des exemplaires du Coran, confisqués à des détenus de la prison de la base américaine de Bagram, à 60 kilomètres au nord-est de Kaboul, ont été incinérés parce que, selon des responsables à Washington, ils servaient à faire passer des messages entre prisonniers.

Les «excuses les plus sincères» du président américain Barack Obama au peuple afghan et les appels à la «retenue» lancés par des personnalités religieuses ayant enquêté sur les corans brûlés et l’Isaf, la force de l’Otan en Afghanistan, n’ont visiblement pas été entendus. Le sentiment antiaméricain n’a jamais été aussi fort dans la population en dix ans de conflit, au diapason des bavures de l’Otan qui tuent relativement fréquemment des civils et de diverses affaires récentes de profanation ou autres actes jugés blasphématoires à l’égard de l’Islam.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, moyenne: 5,00 de 5)
Loading...

Une réponse à “Coran Brûlés en Afghanistan : Deux conseillers américains tués”

  1. parenthese 28 février 2012 16:17

    Les représentants de la religion Musulmane devraient prendre parole et condamner tout acte de violence… N’ont ils pas conscience que la grande majorité des peuples de cette planète ne pratiquent pas cette religion? Prôner la violence au nom d’une religion est considéré comme un acte de barbarie dans notre société actuelle. Continuer dans cette voie ne peut qu’alimenter la haine envers ses pratiquants de la part d’autres croyances ou tendances de pensées…

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom