Top

La Russie et la Chine ne lâchent pas la Syrie

le 27 février 2012 à 5:36 

La Russie est aujourd’hui pointée du doigt par de nombreuses Organisations internationales ainsi que par certains gouvernements occidentaux. Les premières lui reprochent son manque présumé de démocratie et d’ouverture et les autres ses positions dans les dossiers syrien et iranien.

En effet, si la probable réélection de Vladimir Poutine est désormais une chose quasi assurée, elle n’en reste pas moins problématique pour plusieurs institutions internationales qui accusent l’actuel Premier ministre (Poutine), de bafouer toutes les règles démocratiques en étouffant toute opposition et en se positionnant aux yeux de ses compatriotes comme leur leader incontournable.

L’opposition russe dénonce depuis plusieurs années maintenant le manque de renouvellement de la classe politique et en particulier l’omniprésence à la tête de la Russie de Vladimir Poutine. Il est vrai que ce dernier après avoir effectué deux mandats en tant que président de la Russie s’était alors vu «attribuer» par le nouveau président Dimitri Medvedev le poste de Premier ministre. Cela avait déjà à l’époque soulevé de nombreuses objections, mais cela n’est rien en comparaison du tollé provoqué après l’annonce de ses nouvelles ambitions présidentielles. Reste qu’en Occident cela n’a éveillé que de très rares remarques demandant à Poutine d’ouvrir son pays à un peu plus de démocratie.

Néanmoins, personne ne se permet des critiques trop acerbes, la Russie n’étant plus, comme elle l’a été après la chute de l’empire soviétique, quantité négligeable. Poutine a d’ailleurs été celui qui a veillé à rehausser la réputation et l’image de son pays aux yeux du monde, lui redonnant un peu du lustre qu’il avait perdu. Mais à l’heure actuelle au-delà de la détermination de Poutine a rester le maître de son pays, l’Occident reproche à la Russie ses positionnements en ce qui concerne les dossiers syrien et iranien.

En effet, contrairement à l’ensemble des pays occidentaux, la Russie, à l’instar de la Chine, s’oppose à toute intervention militaire étrangère que cela soit en Syrie ou en Iran. Une position qui dénote très fortement avec l’attitude des chancelleries occidentales qui voient d’un très mauvais œil ce qu’ils considèrent comme étant un soutien de leurs alliés russes aux régimes syrien et iranien.

La Russie prouve ainsi encore une fois, comme elle le fait depuis dix ans maintenant, qu’elle ne ressent plus le besoin de se ranger systématiquement aux côtés des Américains. Plus que cela l’on ressent l’envie des Russes de s’opposer à Washington en soutenant un régime que la Maison-Blanche condamne. Reste à savoir néanmoins si la Russie, tout comme la Chine, pourra maintenir encore longtemps sa position ou si pression devenant trop forte, elle sera obligée de se plier à la volonté de Washington.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

Une réponse à “La Russie et la Chine ne lâchent pas la Syrie”

  1. pat 27 février 2012 15:29

    la chine et la russie sont deux pays terroristes qui ne pensent qu a leurs beesness peut importe si les gens se font massacrer , ils faudrait rayer ces deux pays de la carte comme disent leurs aliées l iran pour israel

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom