Top

Cognac XO à 20 euros : une bonne affaire, mais pas pour tout le monde

le 2 mars 2018 à 10:38 

Si un ami vous dit qu’il a un bon plan pour un vieux cognac XO, aux alentours de 20 euros, vous allez penser que cet ami a, soit une bonne relation du côté de la Charente, soit des connaissances peu scrupuleuses, qui ont dégotté du Cognac, “tombés du camion”. En fait, ce n’est ni l’un, ni l’autre, puisque chez LIDL, un cognac XO est vendu au prix de 20 euros les 50 cl. Inutile de préciser, que si la marque de grande distribution est assez fière de son coup, les consommateurs quant à eux, sont contents de leur achat. Cependant, il n’en est pas de même du côté des viticulteurs, très en colère contre cette opération.

Tout d’abord, petit rappel, le cognac se partage en trois catégories. Nous avons le VS avec des eaux-de-vie vieilles d’au moins deux ans, le VSOP, au moins quatre ans d’âge, et enfin le prestigieux, XO, avec des eaux-de-vie d’au moins six ans, un âge limite qui va monter à 10 ans à partir du 1er avril, comme c’est déjà l’usage chez la majorité des vignerons.

En général, le prix d’une bouteille de 70 cl de XO se vend aux environs de 100 euros et souvent bien plus pour des grandes maisons. Le prix de vente de LIDL peut donc apparaître très étonnant, car le prix affiché est vraiment très en dessous du prix standard. La réaction des viticulteurs ne s’est pas fait attendre et l’Union générale des viticulteurs pour l’AOC Cognac (UGVC), a demandé des contrôles de conformité.

Il apparaît clairement, que LIDL a décidé de ne pas faire de bénéfice sur ce produit, qui sert d’appât pour faire venir des clients dans ses magasins, c’est une pratique classique de ce type d’enseigne. Cependant, le prix est tellement bas, que l’on peut se demander comment font-ils pour ne pas vendre à perte sur cet article, puisque c’est interdit ?

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Le fait que ce stock de Cognac ait été acheté, il y a un peu plus d’un an, avant la hausse du cours, peut expliquer en partie le prix de vente. Cependant, Alexandre Imbert, directeur de l’UGVC note, “il y a un an, les cours n’étaient pas aussi bas” et il pense que “des viticulteurs pris à la gorge financièrement ont bradé leurs vieux stocks pour faire rentrer de la trésorerie“, pour pallier un manque de stocks de nouvelles eaux-de-vie, dû à des récents aléas climatiques, comme le gel de l’hiver dernier, ou la grêle de 2016.

En ce temps de marché de l’agriculture à Paris, nous nous sentons souvent solidaires des difficultés que rencontrent les agriculteurs. Néanmoins, loin des déclarations fracassantes de comptoir, et des affirmations péremptoires sur les réseaux sociaux, il existe des gestes simples comme ne pas céder à la tentation des grandes enseignes surtout quand il s’agit de produits, qui ne sont pas de première nécessité. En achetant à des professionnels, on se tourne vers la qualité et le savoir-faire, et si le prix est plus important, il comprend aussi la solidarité et la défense d’un terroir.

Crédit photo : Andrew J.Swan

 

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom