Top

Le rapport inquiétant de l’ONG IFAW sur le commerce en ligne des animaux menacés

le 4 juin 2018 à 17:54 

Pour sensibiliser l’opinion publique, internet apparaît comme un vecteur de communication particulièrement efficace. Ainsi, de nombreuses ONG environnementales ou de défense des animaux, utilisent les réseaux sociaux pour attirer l’attention du plus grand nombre sur des sujets que les médias classiques passent un peu en deuxième plan, ou même carrément sous silence. Cependant, si internet apparaît dans ce cas un allié des espèces menacées, l’ONG IFAW, nous alerte sur le revers de la médaille. Pour elle, quelque 11 772 spécimens, d’espèces sauvages menacées ont été recensées sur 106 sites de vente en ligne en France, Russie, Allemagne et Grande-Bretagne.

Le Ying et le Yang, le pire et le meilleur, comme partout sur la terre, internet véhicule tout et son contraire. Ainsi, sur le grand marché sans contrôle qu’est devenue la toile, on peut acheter des crocodiles empaillés ou pas, des tortues, des perroquets, et même des ours ou grands félins vivants. Le commerce en ligne ne connaît pas la crise, ni les interdictions. Des experts de l’organisation l’ONG IFAW, se sont penchés en 2017 pendant six semaines, sur les petites annonces postées en ligne dans quatre pays européens, France, Russie, Allemagne et Grande-Bretagne.

Le constat est terrible, et hélas sans surprise. Ce marché rapporte donc, il concerne toutes les espèces. 11 772 spécimens d’espèces sauvages menacées ont été recensées dans 5 381 annonces et messages sur 106 sites de vente en ligne, et 4 réseaux sociaux, pour un montant estimé de 3,2 millions d’euros. Il est facile d’imaginer, que ses recherches limitées aux messages identifiés sur les réseaux sociaux, ne représentent qu’une partie du total.

Selon l’étude, 80 % des spécimens proposés étaient vivants. Ce sont les reptiles, que l’on trouve le plus et surtout des tortues marines, et terrestres qui représentent 45 % du total des annonces. De très nombreux oiseaux, mais plus surprenant des animaux bien plus gros comme des yacks sauvages, ou des orangs-outans en Russie, des lions, jaguars et ours en Allemagne.

Certains sites, ont décidé d’aider à faire le ménage sur leur plateforme. IFAW, souligne dans son rapport le “précieux travail” et l’engagement des sites de vente en ligne, notamment eBay, pour lutter contre ce trafic, former son personnel et éliminer les annonces litigieuses.

Cependant, il faut désormais renforcer les législations pour s’attaquer “spécifiquement” à ce commerce en ligne. Cela commence par une sensibilisation des acheteurs sur les risques qu’ils prennent à alimenter sans le savoir des réseaux criminels organisés. A contrario des vendeurs, les acheteurs sont souvent ignorants de la législation concernant l’animal qui leur est proposé, même s’il existe aussi des collectionneurs d’espèces rares très bien informés.

Crédit photo : International Fund for Animal in the world

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom