Top

Le gouvernement va créer un comité de lutte contre les dégâts causés par les sangliers

le 4 septembre 2018 à 9:04 

Lorsque l’on évoque les dégâts causés par du gibier, notamment envers l’agriculture et l’élevage, on pense immédiatement au très médiatique loup. Cependant, cette fois, c’est le sanglier qui est plus précisément évoqué par le gouvernement. Celui-ci, a en effet annoncé la création d’un comité de lutte contre les dégâts causés par du gibier et notamment des sangliers. Le but de ce comité, est selon un communiqué du gouvernement de “définir les modalités opérationnelles et de faire des propositions“. 

Ce comité vient en réponse aux nombreuses critiques faites depuis quelque temps sur la passivité des pouvoirs publics en la matière. Les critiques les plus virulentes proviennent de Christiane Lambert, patronne de la FNSEA qui a dit clairement, “700 000 sangliers abattus par an, mais il y en a quatre millions” ainsi que “plus de chasseurs, moins de sangliers, moins de dégâts“. De son côté, le gouvernement admet “qu’aujourd’hui, 90 % des dommages agricoles causés par le grand gibier aux cultures et forêts sont concentrés sur 15 % du territoire national“. On comprend donc aisément, que cette répartition déséquilibrée sur le territoire rend la situation très tendue dans certaines régions de France.

Cependant, le gouvernement ne peut ignorer et mettre de côté les chasseurs avant d’agir. C’est pour cela, que parmi les mesures d’ores et déjà proposées, figure notamment la gestion des plans de chasse par les fédérations départementales de chasseurs. Le gouvernement se garde quand même la possibilité pour le préfet, “en cas de défaillance” de leur part, de déclencher des battues administratives à la charge des fédérations.

Sans forcément en arriver là, le gouvernement souhaite continuer à s’appuyer largement sur les fédérations de chasseurs pour gérer la situation. Pour cela, il supprime le fonds de péréquation nationale et fait donc des économies et va certainement exiger plus d’efficacité. “Une réflexion globale sur le financement de l’indemnisation des dégâts de gibier est engagée permettant aux fédérations départementales de moduler les montants par unité de gestion en fonction de la réalité des dégâts“, indique le gouvernement. “Nous nous fixons aujourd’hui l’objectif de réduction de moitié des dégâts d’ici 3 ans“, a déclaré Sébastien Lecornu dans le communiqué du gouvernement.

Il est évident, que cela ne va certainement pas être du goût des écologistes. Ils vont pouvoir regretter la démission de Nicolas Hulot, qui même sans avoir toujours les résultats escomptés à leur goût, pouvait cependant peser de tout son poids de ministre pour “édulcorer” certaines mesures. Il reste pour contrer les dérives de ces mesures, les actions concrètes, la présence sur le terrain local et la sensibilisation d’un maximum de personnes pour le plus large battage médiatique possible.

En prévision de tout cela, les autorités ont déjà rajouter des arguments sanitaires, a savoir que la régulation des populations de sangliers “est nécessaire pour prévenir le risque d’introduction et de diffusion de maladies animales, à l’heure où la peste porcine africaine sévit dans plusieurs pays de l’Est de l’Union européenne“.

Crédit photo : hubert contal

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom