Non, le "doggy bag" n'est pas encore obligatoire dans les restaurants - Donne Ton Avis
Top

Non, le “doggy bag” n’est pas encore obligatoire dans les restaurants

le 5 janvier 2016 à 6:53 

plat_photo de Aaron HUIL’information selon laquelle, les restaurateurs doivent fournir obligatoirement à leurs clients de quoi emporter ce qu’ils n’ont pas mangé sur place (un doggy bag), est fausse. Cette pratique reste facultative. Cependant, les organisations professionnelles les y encouragent fortement.

Le seul changement qui apparaît pour le début de cette nouvelle année, s’applique au seuil de bio-déchets soumis à l’obligation de tri. De 20 tonnes l’année dernière, il passe à 10 tonnes. Du coup, il ne va donc plus simplement concerner les cantines scolaires et d’entreprises, mais aussi des restaurants de 150 à 200 couverts par jour.

Les entreprises de la restauration concernées doivent trier toutes sortes de bio-déchets, épluchures de légumes, restes d’assiettes, huiles alimentaires et certains sous-produits animaux. Le recyclage doit s’effectuer soit par l’établissement même, ou sa collectivité locale si elle dispose d’un compost à proximité, soit le restaurant doit s’adresser à une entreprise prestataire, qui récupère les déchets pour procéder à leur compostage ou méthanisation. “En cas de violation de cette obligation, l’entreprise encourt 75.000 euros d’amende ainsi que deux ans de prison”, précise le responsable des questions de développement durable pour l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih), Karim Khan.

Le  “doggy bag”, déjà très fréquent outre-atlantique, reste en revanche absolument facultatif en France, précise l’Umih dans un communiqué du 4 janvier. Cependant, l’organisme insiste pour valoriser et diffuser la pratique au niveau national. “L’impact sur le volume des bio-déchets est certes moindre, puisque les déchets de table en représentent une part très faible, notamment dans les restaurants qui fabriquent véritablement leurs repas”, observe Karim Khan.

Cependant, pour réduire 57 kilos de bio-déchets produits par an et par habitant dans une ville comme Paris, d’autres pratiques sont à étudier. Il faut sensibiliser les restaurateurs sur la nécessité de doser les assiettes, d’adapter leur offre à l’appétit du client, mais aussi de bien gérer leurs commandes et former leur personnel.

Crédit photo : Aaron HUI

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom