Top

Le Président Macron utilise l’Europe pour négocier avec la Chine

le 9 novembre 2019 à 5:49 

Les négociations avec un pays comme la Chine, ne sont pas choses faciles. Les Etats-Unis, s’en rendent compte tous les jours, et la France n’échappe pas à cette règle. C’est pour cela, que le Président français a opté de mettre en avant l’Europe et sa cohésion, pour affirmer certaines de ses positions. Il est évident, que la “souveraineté” européenne a plus de poids que celle de la France toute seule, quand il faut par exemple, défendre son indépendance technologique face à un grand pays comme la Chine.

A ce propos, le Président français a d’ailleurs admis une erreur stratégique dans la manière d’aborder les crises que traversent certains pays européens. Il déclare, “nous avons conduit plusieurs pays à des réformes très dures, rapides, et à des privatisations forcées sans qu’il y ait d’acheteurs européens”. Il est évidemment question de situations, comme celle qu’a vécue la Grèce. L’Europe, a en effet bien joué son rôle de gendarme et de conseilleurs. Hélas, comme souvent les conseilleurs ne sont pas les payeurs, et une fois les sanctions appliquées, il n’y a pas eu grand monde pour aider ce pays européen à s’en sortir.

Du coup, les gouvernants grecs se sont tournés vers d’autres investisseurs, et bien sûr la Chine n’a pas raté l’occasion. Elle n’a pas hésité à investir massivement. Pour la Chine, il s’agit d’une stratégie à long terme qu’elle développe partout dans le monde. Elle met en place des têtes de pont, pour assurer l’écoulement de ses marchandises afin de combler une saturation de son marché intérieur. Cette politique, a même un joli nom, il s’agit de la “nouvelle route de la soie”.

Force est de constater, qu’on a mis plusieurs pays en situation d’avoir uniquement des acheteurs non-européens, c’est-à-dire des acheteurs chinois” a ajouté le président français. Cela a poussé l’UE à définir une liste de secteurs stratégiques qui peuvent être fermés aux investisseurs non-européens. De fait, le cas du géant Chinois des télécoms Huawei, qui est soupçonné d’espionnage potentiel par les Etats-Unis, est revenu sur la table. A ce sujet, M. Macron a assuré que la France était “un pays ouvert à tous les investisseurs“, tout en rajoutant immédiatement, “je dis simplement qu’à un moment donné, sur une partie de notre réseau, ce sont des sujets de souveraineté, et donc l’Etat, les Etats européens, doivent avoir un droit de regard, de la même manière que l’Etat chinois a un regard sur les éléments de technologie”.

Un grand Etat s’agenouille devant un petit Etat. Passif, il le vainc. Un petit Etat s’agenouille devant un grand Etat. Passif, il est vaincu” Lao-Tseu.

Crédit photo : Macron

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom