Top

Pénurie de médicaments : enfin une réaction encore timide du gouvernement

le 10 juillet 2019 à 13:50 

La pénurie de médicaments, s’est hélas doucement installée dans les mauvaises habitudes de notre fonctionnement général de la santé. Loin d’être normal, ces pénuries résultent le plus souvent de sombres calculs financiers de la part des laboratoires. Au-delà des constatations et des alertes au complot, il était temps que le ministère de la Santé intervienne. C’est pour cela, que la ministre de la Santé Agnès Buzyn, a dévoilé son plan contre les pénuries de médicaments. Il faudra certainement une bonne dose de fermeté et de constante pour en voir les résultats concrets.

Pour le moment, on évoque d’abord un meilleur partage de l’information et une meilleure gestion du “circuit du médicament”, du fabricant jusqu’à la pharmacie. Il est aussi question, de la création d’un comité de pilotage qui sera créé pour assurer la mise en œuvre des mesures. Agnès Buzyn, veut aller plus loin, et pour elle, tout ceci n’est que le commencement. En septembre, d’autres mesures concrètes devraient se rajouter. Il va falloir beaucoup de persuasion pour faire comprendre ou contraindre un secteur où les profits peuvent être énormes. L’Agence du médicament a prévenu, dans 80 % des cas, c’est un problème d’argent qui est à l’origine de ce manque de médicaments.

Tout d’abord, il y a un classique problème de production de médicaments, qui est délocalisée à l’étranger. Les usines travaillent à flux tendu pour satisfaire la demande mondiale qui varie très vite. En France par exemple, l’usine qui fabrique des corticoïdes a rencontré des difficultés. Elle n’a pas prévenu les laboratoires qu’elle fournit, qui eux-mêmes, n’ont donc pas pu alerter les autorités sanitaires.

Ensuite, c’est purement un problème de rentabilité. La Sécu, qui rembourse les médicaments en bon gestionnaire, tire les prix vers le bas, pour avoir à rembourser le moins possible. De fait, la filière qui va des industriels aux laboratoires pharmaceutiques en passant par des intermédiaires, dénommés les “shorts liners” préfèrent donc vendre à d’autres pays qu’à la France. Parfois, le même médicament est vendu en Italie ou en Allemagne deux à trois fois plus cher que chez nous.

Pour faire bonne figure face à la médiatisation du sujet, le secteur a annoncé qu’il allait réagir. Un “plan d’action” a été présenté par la fédération française des industriels du médicament (le Leem). Il s’agit de définir des “médicaments d’intérêt sanitaire et stratégique“, pour lesquels des mesures de gestion de pénurie devraient être renforcées.

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Insuffisant pour une situation qui se dégrade au fur et à mesure. “Plus d’un Français sur quatre affirme aujourd’hui avoir été en difficulté pour acheter un médicament courant” rappelle le ministère.

Le plan provisoire vise à la mise en place d’une plateforme, qui permet aux pharmaciens de signaler les ruptures d’approvisionnement au laboratoire concerné et ainsi plus rapidement cerner les manques. Ensuite, il faut utiliser les grands moyens, c’est-à-dire la possibilité donnée par la loi Santé au pharmacien de “remplacer le médicament indisponible initialement prescrit par un autre médicament”, lorsque la pénurie concerne un “médicament d’intérêt thérapeutique majeur“. Enfin, utiliser un avantage de la structure européenne à bon escient pour promouvoir des achats groupés, notamment de vaccins essentiels au niveau européen.

Un comité de pilotage sera créé pour assurer la mise en œuvre de ces mesures, associant l’Agence du médicament (ANSM) et “l’ensemble des acteurs concernés” à savoir, laboratoires pharmaceutiques, grossistes, associations de patients.

Crédit photo : dosage medicament

 

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom