Top

Les Paradises Papers mettent en avant les “pratiques illicites de Total en Afrique

le 12 avril 2018 à 17:35 

Il est clair, que la firme Total doit largement regretter le temps de la Communauté Française, ou celui juste après la décolonisation. Ces temps merveilleux, où l’on pouvait faire avec les pays d’Afrique, du commerce comme on le voulait. Fini, maintenant cela passe par l’élaboration de plans machiavéliques à travers des montages financiers complexes. Disons, que c’est faisable, mais c’est compliqué et surtout cela peut se découvrir. C’est le cas avec les Paradises Papers, qui dévoilent une opération permettant au Congo de vendre une concession pétrolière à Total, alors même que le pays avait interdiction d’opérer de telles transactions.

En contrepartie de son aide, le FMI a sommé le Congo d’arrêter de “s’endetter lui-même pour des projets pétroliers“. Il s’agit pour l’institution internationale de limiter le versement de ses aides sans un contrôle minimum sur leur utilisation, et de ne pas donner d’un côté, alors que de l’autre, des profiteurs continuent leur business.

Cependant, comme pour toute interdiction, certains trouvent la faille. Dans ce cas, ce que l’on nomme souvent comme “des petits malins” ne sont pas si petit que cela, et ils ont largement pignon sur rue. On ne parle pas d’escrocs même si les pratiques pourraient y faire penser. On parle de la très honorable société “Total” qui aurait aidé le Congo à contourner des règles du Fonds monétaire international (FMI) dans les années 200, à l’aide d’un montage financier. Tout ceci, non pas pour venir gentiment en aide au pays, mais bien pour pouvoir acheter une concession pétrolière en toute illégalité.

Les documents des Paradises Papers, détaillent le “montage offshore impénétrable “élaboré par Total. Le Congo, a vendu en 2003 une concession pétrolière à la société congolaise Likou, “une coquille vide sans dépenses ni revenus, sans personnel ou compte en banque à son nom” et gérée par Total, selon le quotidien “le Monde”. La société, a évidemment disparu depuis 2011. Elle était détenue par une société-écran enregistrée aux Iles Vierges britanniques.

Inutile de dire que Total dément formellement, et prétend n’avoir joué qu’un rôle d’assistant dans une transaction interne au pays. C’est un peu comme au “bon vieux temps des colonies”.

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Crédit photo : Chris Govias

 

 

 

L

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom