Top

Nous avons encore du pétrole, pour combien de temps ?

le 13 décembre 2018 à 5:48 

La question concernant nos réserves de pétrole, n’est pas nouvelle. Autrefois, la réponse standard se situait souvent dans un vague “environ 50 ans”. Cependant, 50 ans plus tard, la réponse doit être largement reconsidérée. Fort est de constater, que la vérité est plus complexe, car elle doit tenir compte de nombreux paramètres, comme la découverte de nouvelles réserves, leurs évaluations, mais aussi des avancées techniques.

Il faut bien avouer, que nous sommes loin du scénario classique prévoyant un pic de production, suivie d’une explosion du prix du baril. La production continue à augmenter et le prix du baril a même baissé par rapport au record atteint en 2008. Donner une date pour la fin du pétrole semble donc particulièrement difficile. De fait, l’arrêt du pétrole commence plus, à devenir un concept de volonté lié à l’environnement , qu’à un réel manque de matières premières.

En effet, ce n’est pas le tout d’avoir un gisement, encore faut-il, que le pétrole soit accessible et que son exploitation soit rentable, ou considérée comme telle. Comme toujours, tout est une question d’argent et d’investissement. Le coût de l’extraction du pétrole dépend à la fois des avancées technologiques et des investissements à long terme des compagnies pétrolières. A ce niveau-là, les pays peuvent encore intervenir dans le jeu, avec leurs politiques publiques. En limitant les champs d’utilisation de certaines vieilles sources d’énergie, et au contraire en promouvant des nouvelles, ils peuvent rendre plus ou moins attractifs les marchés et attirer ou pas, les investisseurs, là où ils le veulent.
L’exemple le plus évident, se situe autour du pétrole de schiste aux Etats-Unis. L’extraction de ce type de pétrole demande des techniques d’extraction aux conséquences terribles d’un point de vue environnemental. Cependant, en autorisant tout de même son extraction, les Etats-Unis sont revenus à un volume de production de pétrole d’il y a cinquante ans. Cette extraction, à la base refusée, a modifié la croissance et accrut la production du pétrole. Evidemment, elle apparaît une manne concrète et immédiate, cependant, c’est surtout une vision simpliste, et à court terme, au détriment de la mise en place de vraies solutions, certes plus complexes, mais durables et à long terme.
De même, les estimations de base sont dépendantes des enjeux géopolitiques. Elles sont donc sujettes à caution concernant la réalité. Le niveau des prix est en partie déterminé par le volume de production décidé par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole. Or, maintenir le prix du baril artificiellement bas en augmentant la production, peut permettre de limiter les investissements dans d’autres recherches et d’éviter l’émergence de concurrents.
Tout ceci, n’est que batailles commerciales et manœuvres de domination, elles rendent clairement difficile toute évaluation précise. Il reste, que le plus important, est ce que nous voulons faire. Ce n’est plus simplement, une question de possibilité, mais de choix. Continuer l’extraction de pétrole, comme nous le faisons actuellement est impensable si nous voulons lutter efficacement contre le réchauffement climatique et limiter les impacts sur la planète à un niveau raisonnable. Il s’agit d’envisager, non pas notre avenir, mais celui de nos enfants.
Crédit photo : petrole1
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom