Top

L’achat du Groenland par les Etats-Unis : le Danemark choqué et irrité par l’idée même

le 21 août 2019 à 7:10 

En matière de plaisanteries, les plus courtes sont les meilleures. L’intérêt de Donald Trump, par l’achat du Groenland, peut apparaître une bonne idée pour certains, une nouvelle marque de sa diplomatie toute particulière pour ses partisans. Cependant, côté danois, l’annonce commence à fortement agacer. Le battage peut être voulu et organisé par les équipes de communication du président américain, ne sont pas du goût de la première ministre Mette Frederiksen. Celle-ci, a peu apprécié la prise de position du président américain. La visite que Trump devait effectuer au Danemark au début du mois de septembre, a été annulée.

Cet achat n’était peut-être qu’une hypothèse assez confuse, qui se serait soldée par une fin de non-recevoir. Cependant, une publication ironique de Donald Trump sur son compte Twitter, a certainement fait dégénérer les choses. La photo du Groenland dans laquelle avait été insérée l’immeuble doré frappé de son nom qui trône à Las Vegas, avec une légende “je promets que je ne ferai jamais ça au Groenland”, a fait déborder le vase.

Les propos de Mette Frederiksen sont sans nuance. Elle précise, “le Groenland n’est pas à vendre. Le Groenland n’est pas danois. Il appartient aux Groenlandais. J’espère vraiment que ce n’est pas sérieux. Cette discussion est absurde”. Elle a tenu à rajouter, “heureusement, le temps où vous pouviez acheter et vendre d’autres pays et populations est révolu”. De plus, on veut bien imaginer que certaines personnes aimeraient bien devenir américaines, mais de là à le devenir en étant achetées, cela peut paraître en effet assez déroutant.

De nombreux observateurs ont aussi noté que Donald Trump avec ce tweet, et la photo de sa tour, considère que ce ne sont pas les Etats-Unis qui achètent le Groenland, mais lui. Du moins dans son esprit, c’est la même chose, ce qui peut apparaître dangereusement révélateur de sa manière de mener et d’envisager les affaires de son pays.

A dire vrai, l’idée n’est pas nouvelle. Il y a près de trente ans, une première offre d’achat avait été faite confidentiellement en 1946 par Washington à Copenhague, pour la somme de 100 millions de dollars et des terres en Alaska. Cependant, les temps n’étaient pas les mêmes et les conditions stratégiques non plus. De plus, si l’affaire ne s’est pas faite, ce n’est pas pour rien.

Pour Donald Trump, la proposition n’est pas financièrement mauvaise pour le Danemark. Il explique, “en fait, c’est comme une grande transaction immobilière. Beaucoup de choses peuvent être faites. Ça pénalise beaucoup le Danemark qui perd près de 630 millions d’euros par an. Alors ils s’en occupent à grands frais. Et stratégiquement, pour les Etats-Unis, ce serait bien”.

Tout est dit, acheter un pays ou un immeuble, c’est la même chose. On promet monts et merveilles à ses habitants ou ses locataires, et on fait après ce que l’on veut. Demandez donc aux territoires indiens, qui ont été acquis avec certaines conditions qui n’ont jamais été respectées.

Crédit photo : filip gielda

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom