Top

Chanter l’hymne Chinois, ne se fait pas n’importe comment

le 22 octobre 2018 à 17:45 

En France, chanter ou pas l’hymne national devient, sujet à polémique, lorsqu’un joueur de football l’entonne ou pas. En Chine, c’est beaucoup plus sensible, car cela peut concerner tout le monde, y compris sur les plateformes de streaming. Une jeune femme, relativement connue sur le net, a dû présenter ses excuses, après avoir mal chanté l’hymne national chinois, et surtout après l’avoir fait en souriant sur les réseaux sociaux.

Yang Lili alias “Li Ge” habite dans la province du Jiangsu (sur la côte Est). Elle arrive, comme bien d’autres en Chine, et même dans le monde, à attirer des millions de fans sur ces vidéos, qui lui envoie des dons en monnaie numérique. Pour cela, elle se filme tout au long de sa vie quotidienne, c’est-à-dire en train de manger, en train de lire, de regarder la télévision, et même en train de chanter.

Justement, c’est là que les choses ont dérapé. Au fur et à mesure, il faut bien trouver de nouvelles idées et dernièrement Yang Lili, salopette, bonnet à corne de cerf, ouvre son show sur la plateforme Huya, et se met à fredonner l’hymne national.

Erreur, elle a entonné l’hymne national de manière trop désinvolte au goût des autorités. Celles-ci, ont été alertées par des internautes choqués par le “manque de respect vis-à-vis des héros chinois”. Comme c’est l’usage en Chine, Yang Lili a dû présenter son autocritique, “j’ai chanté l’hymne sans une attitude respectable, je ne l’ai pas chanté en entier, j’ai porté atteinte à l’hymne chinois”. Elle poursuit visiblement après avoir été durement rappelée à l’ordre, “je suis une parfaite idiote, je suis désolée pour mon pays, je m’excuse auprès de mes fans, je ne peux pas chanter l’hymne national comme ça dans ma chambre, je veux me rééduquer, je vais voir tous les films et les séries patriotiques, j’accepte d’apprendre la loi de l’hymne”.

Il faut préciser, qu’une loi régit strictement la manière de chanter l’hymne national de la République populaire de Chine. On doit le chanter d’une seule traite sans interruption, sans en altérer la musique ou les paroles, et avec une attitude respectueuse bien évidemment. Yang Lili, et d’autres cas sont décrits comme des exemples d’une jeunesse pervertie par les réseaux sociaux, qui donnent parfois une image trop libérale, en vogue dans d’autres pays. Dans le collimateur des censeurs chinois, on retrouve les plateformes de live streaming, qui rassemblent 600 millions de spectateurs en Chine. Ces médias, où tout le monde devient producteur de contenu à la maison, sont en effet, surveillés de près par les autorités.

Crédit photo : Eugetmax

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom