Top

Grèves des contrôleurs aériens français : les compagnies aériennes veulent passer au-dessus

le 25 juillet 2018 à 12:31 

C’est bien connu, la France est championne du monde aussi dans le domaine des grèves à répétition. A ce jeu-là, les contrôleurs aériens français sont bien placés, si bien qu’ils se sont attiré les foudres des compagnies aériennes européennes. Parmi elles, quatre compagnies ont annoncé, avoir déposé plainte auprès de l’Union européenne. Elles estiment dans un communiqué commun, que les restrictions de survol du territoire en période de grève constituaient une violation du principe de liberté de mouvement à l’intérieur de l’Union.

Que les contrôleurs aériens français défendent leurs droits, c’est une chose, mais les Britanniques IAG et EasyJet, l’Irlandais Ryanair et le Hongrois Wizz Air, considèrent que la France ne respecte pas la loi européenne en interdisant aux avions de survoler son territoire lors des grèves de contrôleurs. Michael O’Leary, DG de Ryanair, explique “quand il y a des grèves de contrôleurs aériens en Grèce et en Italie, les vols au-dessus du pays se déroulent normalement. Pourquoi la France ne fait-elle pas pareil” ? Même son de cloche chez Willie Walsh, directeur général d’IAG (British Airways & Iberia), “ce ne sont pas seulement les clients partant ou arrivant en France qui sont affectés durant les grèves des contrôleurs aériens français. Les passagers sur des lignes qui traversent la France, en particulier les espaces aériens au-dessus de Marseille et la Méditerranée sont aussi sujets à d’importants retards et perturbations“.

Pour étayer leurs explications, les quatre compagnies avancent deux chiffres parlant, 16 000 vols auraient été perturbés au premier semestre par ces grèves selon Eurocontrol, l’organisme européen assurant la sécurité du trafic aérien, pour 2 millions de passagers affectés. Un rapport du Sénat avait déjà mis en évidence que la France était en cause dans un tiers des retards aériens en Europe.

Pour ces compagnies, il ne s’agit pas de contester le droit de grève, mais peut-être, de ne pas en abuser. Ryanair, a d’ailleurs décidé de prendre le problème “de haut”. Ils réfléchissent avec Airlines for Europe (association défendant les intérêts des principales compagnies européennes) à une procédure afin que ce soit un organe de la Commission européenne qui prenne le contrôle de l’espace aérien de haute altitude sur le continent, pour pallier les déficiences aux niveaux nationaux.

Crédit photo : Eric BEAUME

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom