Top

Rentrée des étudiants : l’Unef tire la sonnette d’alarme à propos des loyers

le 25 août 2017 à 10:09 

Ce n’est pas vraiment une nouveauté, pour la rentrée 2017, ce sera dans la capitale qu’il sera le plus difficile financièrement de vivre pour les étudiants. Le syndicat étudiant Unef, vient de faire part de ses recherches sur le coût des études pour un étudiant et concernant le loyer, Poitiers semble être la ville la plus abordable.

Comme chaque année, l’organisation étudiante a calculé le coût de la vie pour les étudiants. Pour cela, elle accumule les budgets alimentaires, de logement, de transports, de loisirs, les frais d’inscription à l’université et la sécurité sociale. Le résultat indique une hausse de 2,09 % pour la rentrée 2017. C’est pour cela, que l’Unef dans un communiqué explique, “la rentrée concentrant les principales dépenses, cette hausse aggrave la précarité vécue tout au long de l’année par les étudiants et contraint toujours plus de jeunes à se salarier à côté de leurs études, mettant ainsi en danger leur réussite universitaire”.

Le syndicat étudiant Unef, chiffre à 1 193 euros le montant dont il faudrait disposer chaque mois, pour étudier à Paris.

Globalement, les deux postes de dépenses qui sont les responsables de l’augmentation du budget d’un étudiant, sont le logement et les transports. Les loyers augmentent presque partout, et constituent souvent 50 % du budget d’un étudiant. Ceux-ci augmentent partout sauf à Lille (nord), où l’encadrement des loyers a permis, selon l’organisation, de les faire baisser de 0,33 %.

A contrario, une ville comme Limoges, a vu cette année ses loyers augmenter de 7,6 % pour les étudiants.

On est dans la même logique concernant les transports, qui sont particulièrement tributaires de la politique des villes et des régions sur la tarification. Elles sont donc particulièrement disparates et variables. On évoque 100 euros pour une carte de transport annuelle à Toulouse, plus de 300 euros pour l’année à Tours (Indre-et-Loire) ou Paris. L’organisation note également, que les villes qui pratiquent des tarifs différenciés pour les boursiers sont rares.

Au-delà d’un simple constat, l’Unef s’inquiète et demande notamment la mise en place d’un « plan d’urgence ». Il s’agit de faire en sorte que davantage d’étudiants puissent bénéficier d’une bourse, laquelle devrait être augmentée, toujours selon l’organisation étudiante, de 20 %.

Crédit photo : Les Belles Années

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom