Top

De plus en plus de démissions dans le personnel éducatif des Etats-Unis

le 1 janvier 2019 à 9:31 

De pays en pays, il y a des choses qui reviennent avec constance et force. Parmi ces constantes, on retrouve souvent, la mauvaise prise en considération du personnel éducatif dans sa globalité. Cela conduit invariablement à une crise de vocation des futurs candidats et un abandon progressif de ceux qui sont en place. Un grand pays développé comme les Etats-Unis n’échappe pas à la règle et le Wall Street Journal, indique que le taux de personnes démissionnaires dans l’Éducation nationale américaine n’avait pas été aussi élevé depuis 2001.

Le journal fait état, sur les 10 premiers mois de 2018, d’un taux de personnes démissionnaires dans l’Éducation nationale américaine de 83 pour 10 000. A titre de comparaison, pour l’année 2009, il était de 48 démissions pour 10 000 postes.

Ce taux ne concerne pas que les enseignantes et les enseignants, il s’agit de tout un pan qui est touché, car il concerne aussi les concierges, les psychologues scolaires et les membres des personnels administratifs. Si ce chiffre est bas par rapport au taux de démission sur l’ensemble de la population active américaine, c’est tout de même une tendance inquiétante pour ce secteur ou la stabilité est importante et traditionnellement de mise.

Les causes de cette désaffection sont assez classiques, on retrouve des salaires trop bas, une considération très relative pour des conditions de travail souvent très difficiles. Vous rajoutez à cela une ambiance de stress de plus en plus permanente, avec en point d’orgue les différentes tueries qui révèlent une montée de nombreuses tensions toujours plus difficile à gérer.

Le journal se tourne vers l’économiste Julia Pollak, pour mieux cerner ce qui se passe. Le spécialiste explique, que les choses ont bien changé, car comme souvent lors de la période de récession des années 80, la sécurité de l’emploi l’a emporté sur le salaire et le milieu de l’éducation fut un temps très prisé. Aujourd’hui, les conditions économiques meilleures ont mis la sécurité de l’emploi en deuxième plan. Julia Pollak décrit donc des enseignantes et des enseignants, moins motivés qui s’ennuient dans leur métier. Ils reçoivent un salaire médiocre en fin de mois, alors que d’autres profitent de nombreuses opportunités professionnelles intéressantes, y compris avec un niveau d’études inférieur.

Pas de surprise, ni de miracle, dans au moins 12 États, le budget consacré à l’éducation serait inférieur de 7 % à celui de 2009. En tenant compte de l’inflation, le salaire des enseignantes et enseignantes serait quant à lui, 5 % inférieur à celui de 2009. Le résultat est classique, depuis 2015, les services de l’Éducation nationale américaine, sont contraints régulièrement d’embaucher des personnes insuffisamment formées, voire pas formées du tout, pour pallier à un manque de personnel.

Personnel blasé, non considéré, condition de travail qui se dégrade, personnel de moins en moins qualifié, de nombreux pays vont se reconnaître dans cette description de leur secteur éducatif.

Crédit photo : nicola-tolin

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom