Top

La police de Hong Kong reprend le contrôle du Parlement

le 3 juillet 2019 à 13:48 

Pour la commémoration du 22e anniversaire de sa rétrocession à la Chine, la police a rappelé quelques traditions de la région aux manifestants, qui occupaient le Parlement. Dans la nuit, la police anti-émeute a repris le contrôle du Parlement local. Bien sûr, tout cela ne s’est pas fait dans la douceur. La cheffe du gouvernement, a condamné une invasion “extrêmement violente” de la part des manifestants.

Tout ceci ne pouvait pas durer, car les occupants étaient clairement identifiés comme des opposants au gouvernement pro-Pékin. De plus, cette occupation le jour de l’arrivée de Hong Kong dans le giron de la Chine, apparaissait clairement comme un défi. Le groupe, était composé principalement d’étudiants casqués et masqués. Provocation ultime, le drapeau de l’époque coloniale britannique, a été déployé à l’intérieur de l’hémicycle, et les murs ont été tagués de slogans. Le pouvoir en place, a donc mis les moyens nécessaires pour que cela cesse. C’est plus d’une centaine d’officiers, qui ont délogé les manifestants. Les opérations n’ont pas duré plus de 20 minutes selon des journalistes occidentaux présents sur place.

Quelques heures après, c’est Carrie Lam, la dirigeante de Hong Kong, qui est intervenue au cours d’une conférence de presse. Elle a bien tenu son rôle, en saluant l’opération policière. Elle a aussi mis en évidence la retenue des forces de police, face à une occupation “extrêmement violente” du Parlement, menée par les manifestants. Tout ceci ne va évidemment pas améliorer son image auprès des manifestants et d’une partie de l’opinion publique de la ville, qui demandent sa démission. Cependant, elle a concédé que la manifestation contre le projet de loi visant à autoriser les extraditions en Chine continentale, s’était déroulée dans le calme avant que les protestataires ne s’en prennent au Parlement.

A ce propos, des doutes surgissent sur l’à propos de ces manifestants. Jean-François Dufour, directeur de DCA Chine, n’hésite pas à évoquer “les activistes qui se sont introduits dans le Parlement sont peu nombreux, mais très déterminés et organisés. On peut se poser la question d’une opération pilotée depuis l’extérieur“. Il s’agirait d’une tactique classique, pour ternir l’image du mouvement.

En attendant, le projet de loi concernant les extraditions vers la Chine continentale est toujours suspendu suite aux agitations dans la rue. Cependant, suspendu, ne veux pas dire annuler, ni retirer. Le bras de fer continue donc, entre le pouvoir et la rue à Hong Kong.

Crédit photo : bady qb

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom