Top

“Extinction Rebellion” , le mouvement écolo, non violent mais pas “gentil”

le 4 juillet 2019 à 9:42 

Si le mouvement Extinction Rebellion, a voulu se faire connaître, c’est parfaitement réussi. Tout le monde, a pu voir ses images montrant les membres du mouvement écologiste tentant de bloquer le Pont de Sully à Paris. La réaction violente des CRS avec leurs jets de gaz lacrymogènes, a suscité de multiples réactions. Du coup, cela a mis les projecteurs sur ce mouvement écologiste radical et non-violent, lancé en Angleterre en 2018.

L’occasion de mettre en avant les revendications du mouvement Extinction Rebellion et d’en savoir un peu plus sur lui. En France, il est encore peu connu, car la branche française de mouvement écologiste international, est toute récente. Son lancement officiel remonte au 24 mars 2019 à Paris, où plusieurs centaines de militants s’étaient déclarés en rébellion, sur la place de la Bourse à Paris.

Par contre, le mouvement de base a été créé en octobre 2018 au Royaume-Uni. Son origine se retrouve dans un groupe écolo plus ancien « Rising Up! » . Actuellement, le mouvement revendique une présence dans 58 pays dont les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, en passant par l’Allemagne et l’Australie. Leur logo, un sablier coincé dans une sphère représentant la terre, souligne l’urgence de leurs revendications.

Celles-ci, s’articulent autour de 4 axes. Premièrement, la reconnaissance par l’exécutif de la gravité de la crise écologique. Deuxièmement, la réduction des émissions de CO2, afin d’atteindre la neutralité carbone en 2025. Troisièmement, l’arrêt immédiat de la destruction des écosystèmes et enfin la création d’une assemblée citoyenne pour atteindre ces objectifs.

Extinction Rebellion, se caractérise par ses actions « coup de poing » et plus radicales. Fini, les traditionnelles marches à répétition, ou des pétitions qui restent des « lettres mortes ». Il faut être plus percutant.

Cependant, le mouvement se veut aussi non-violent. Extinction Rebellion, appelle à la “désobéissance civile”. Cette forme de révolte est classée illégale, car elle consiste à refuser de se soumettre à la loi, ou à un règlement. Elle a déjà été utilisée, par des organisations comme Greenpeace, ou du Droit au logement (DAL).

Historiquement, la “désobéissance civile”, a été théorisée par l’Américain Henry David Thoreau au XIXe. Elle a été rendue célèbre par des personnalités comme, Gandhi en Inde, Martin Luther King aux États-Unis, ou encore Nelson Mandela en Afrique du Sud.

En France, le mouvement revendique 6 000 inscrits, et ce n’est pas fini. Les nouveaux militants sont des femmes et des jeunes dans la vingtaine.

Crédit photo : marija zaric

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom