Top

L’île de Pâques : des touristes « persona non grata »

le 4 août 2018 à 7:03 

Comme le chante si bien Henri Salvador, tout le monde veut voir l’île de Pâques, à un tel point, que les autorités ont décidé d’en réglementer l’accès pour les touristes. Les nouvelles mesures, tiennent également compte des futurs expats, dont l’installation sera assujettie à plusieurs conditions. En effet, à partir du 1er août, il n’est aussi facile de débarquer sur l’île de Pâques.

Rapa Nui, est le nom local de l’Ile de Pâques, celle-ci appartient au Chili. Faisons un petit tour historique, voyons ce qui s’est passé avant d’être annexée par le Chili. Elle fut visitée par le premier Européen, le navigateur néerlandais Jakob Roggeveen, le jour de Pâques le 6 avril 1722, et comptait alors près de 4 000 habitants. Elle fut annexée par l’Espagne en 1770 sous le nom d’isla San Carlos, mais l’Espagne s’en désintéressa par la suite. Des Français s’y installèrent après 1864 et l’île devint une possession chilienne en 1888. L’île de Pâques, est connue pour ses trésors mégalithiques, et depuis 1995, cette merveilleuse île, est protégé et inscrite au Patrimoine mondial par l’UNESCO.

Ana Maria Gutierrez, conseillère en matière d’environnement de la municipalité, a déclaré à l’AFP, “la pression touristique et immobilière, principalement des hôtels, a eu un impact sur les services basiques de l’Île, mais surtout sa faune et sa flore et sur la gestion des déchets“. 

Devant l’afflux incessant des touristes, et pour protéger l’île, le président chilien Sebastian Pinera, a déclaré, à la chaîne d’information 24 horas, “cette île est magique, tout le monde veut la visiter, mais c’est aussi une île délicate que nous devons protéger. La nouvelle loi a pour objectif d’y réguler le tourisme“. Dans les nouvelles conditions pour débarquer sur l’île de Pâques, il y a par exemple, le fait que les touristes doivent avoir impérativement un billet aller-retour, car il arrive souvent que les gens succombent à la beauté de l’île, et ne veuillent plus repartir.

Ces nouvelles conditions, s’appliquent aux étrangers, mais aussi aux Chiliens qui veulent visiter l’île. Le texte impose également des conditions pour s’y installer durablement, car il faudra être le père, la mère, le conjoint ou le fils d’un membre de la communauté autochtone des Rapa Nui. Par ailleurs, seuls les fonctionnaires, les salariés d’organisations travaillant pour le compte de l’Etat et ceux qui développent une activité économique indépendante pourront y résider avec leurs familles.

Valises prêtes, billets d’avion aussi, alors, allons dire bonjour aux moaï.

Crédit photo : Peter-06

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom