Top

Manifestations en Iran, le Président Rohani à la relance ?

le 5 janvier 2018 à 11:28 

Les manifestations et le mouvement de protestation en général, semblent se tasser en Iran. Cela va être le moment de voir, qui va profiter politiquement de cette agitation. Paradoxalement, le Président en place pourrait, en faisant preuve d’un bon savoir-faire, profiter de cette agitation pour continuer et accélérer son train de réformes en marche.

Officiellement, comme il est de coutume dans ces cas-là, le pouvoir en place trouve les coupables à l’étranger, et chez les autres. Ainsi les 21 morts de ces derniers jours sont les conséquences de l’influence des ennemis extérieurs de l’Iran et des “contre-révolutionnaires” qui ont encouragé, voire organisé ses manifestations.

Maintenant, une fois cela dit officiellement pour la devanture, il reste, que pour la réalité, de nombreuses tendances politiques ont admis l’existence indéniable de problèmes et de mécontentements à propos du chômage, de la cherté de la vie et de la corruption, qui touchent la société en profondeur et qui restent les vrais moteurs des revendications.

Pour enfoncer le clou, les adversaires du Président modéré M. Rohani, mettent en avant l’augmentation de 50 % du prix de l’essence prévue dans le projet de budget, le prix des denrées quotidiennes comme les œufs par exemple. Des résultats médiocres sur le front du chômage, qui officiellement est de 12 %, mais il avoisine 30 % chez les jeunes. En fait, ils accusent le président d’avoir oublié les classes populaires.

Cependant, toutes ces attaques venant surtout du côté des conservateurs pourraient être la base d’un nouveau départ pour le président. Cela peut être l’occasion de remotiver son camp des réformateurs. Réélu l’an dernier, M. Rohani soutient que ses réformes sont nécessaires pour mettre l’économie sur les rails. Il peut justement faire valoir que l’inflation est passée de 40 % en 2013 date de son accession à la présidence à 10 %, et qu’il faut accélérer encore son programme de réformes indispensables pour éviter des conséquences qui toucheraient l’ensemble de la structure du pouvoir Iranien tel qu’il est mis en place.

Dans cette optique, on note diverses réactions comme celle du vice-président Es-Hagh Jahanguiri, qui a implicitement accusé les conservateurs, qui ont démenti, d’avoir “cherché à porter atteinte au gouvernement” en provoquant la manifestation de Machhad, point de départ de la contestation. Sans oublier bien sûr la réaction d’Ali Vaez, de l’International Crisis group, qui prétend que “c’est une occasion unique pour Rohani de passer de la cible des protestataires en champion des réformes” et “qu’il y aura des résistances, mais Rohani n’a rien à perdre puisqu’il ne pourra pas se présenter pour un nouveau mandat”.

Crédit photo : Massimiliano D

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom