Top

Les enfants de famille monoparentale le vivent plutôt bien

le 7 juillet 2016 à 10:58 

On a beaucoup disserté sur le rôle du père, celui de la mère, de la conséquence de l’absence de l’un des parents… Des chercheurs ont décidé de ne plus simplement disserter, mais d’aller voir les conséquences concrètes. Des chercheurs de l’université de Cambridge (Grande-Bretagne) ont voulu savoir, quelles étaient les répercussions sur le bonheur des enfants élevés au sein d’une famille monoparentale.

C’est donc la première recherche qui étudie le bien-être et l’impact sur le développement. Elle vient d’être présentée à l’European Society of Human Reproduction and Embryology. L’étude a porté sur 51 familles monoparentales, des mères seules, et 52 familles biparentales, où les parents étaient hétérosexuels. Tous les enfants avaient entre 4 et 9 ans, et ceux des familles monoparentales ont été conçus par fécondation in vitro. Les mères ont rempli un questionnaire et rencontré les scientifiques afin qu’ils puissent évaluer le développement des enfants. De plus, les chercheurs ont rencontré 47 enfants.


Le résultat dévoile peu de différences entre les enfants issus des deux types de familles. Ils sont épanouis de manière quasi-identique, et n’ont pas de sentiment négatif à propos de la vie de famille. 39 % d’entre eux n’ont pas de ressenti particulier par rapport à l’absence de père, 28 % sont partagés et surtout 51 % d’entre eux ne souhaitent pas de changement dans leur vie de famille.
A l’école, 59 % des enfants s’estiment épanouis, et même très épanouis pour 19 % d’entre eux. Ils ont tous des amis, et plus de la moitié dit en avoir plus de cinq.

En fait, très important semble être le regard extérieur, la famille monoparentale est passée dans les mœurs et les enfants ne semblent pas souffrir de stigmatisation, 63 % affirment ne jamais avoir eu de réflexions particulières sur la situation de sa famille. Ce qui n’est pas encore les cas pour les enfants de familles homosexuelles, qui sortent aussi du schéma traditionnel. Une précédente étude montrait que même s’ils étaient heureux, un tiers de ses enfants, fait l’objet de remarques de leurs camarades.

Par contre, il faut plutôt se soucier des mamans, qui ont davantage de soucis financiers, sont plus sujettes au stress parental, et sont persuadées qu’il y a des difficultés d’adaptation de leur progéniture.

Encore une fois le problème est plus dans le regard des autres !

Crédit photo :  Bernard Fourmond

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom