Top

Russie : l’organisation anticorruption d’Alexeï Navalny accusée de blanchiment d’argent

le 10 août 2019 à 2:05 

Alexeï Navalny, est vraiment l’opposant numéro un du Kremlin, et donc l’homme à abattre. Il est actuellement en prison pour des appels à manifester. Il a été hospitalisé fin juillet pour une “grave réaction allergique”. Concernant, cette hospitalisation et cette soudaine allergie, son entourage soupçonne une tentative d’empoisonnement. Dernièrement, c’est une enquête pour blanchiment d’argent qui a été déclenchée contre son organisation.

La répression du Kremlin s’intensifie et le Comité d’enquête russe, a annoncé l’ouverture d’une affaire judiciaire pour “blanchiment” contre l’organisation de M. Navalny. Elle est accusée d’avoir reçu de manière illégale des sommes atteignant près de 13,8 millions d’euros. Dans la foulée bien sûr, pour bien intensifier la pression, les domiciles de plusieurs proches de M. Navalny ont également été perquisitionnés. De plus, les comptes de son organisation et de ses collaborateurs ont été gelés par le tribunal de Presnenski.

Le prétexte de “blanchiment d’argent” pour entraver le fonctionnement de l’organisation, qui s’oppose au pouvoir russe ne manque pas d’ironie. En effet, l’organisation de l’opposant est à l’origine de nombreuses enquêtes justement, sur la corruption qui sévit à tous les étages de l’élite dirigeante actuelle russe. La presse étant muselée, l’organisation publie par exemple sur les réseaux sociaux, des accusations contre le Premier ministre, Dimitri Medvedev. Celui-ci serait à la tête d’un empire immobilier pas forcément acquis de manière “orthodoxe”.

Plus récemment, c’est une enquête de cette même organisation, qui a mis en lumière les détournements de milliards de roubles d’argent public, organisés par l’adjointe au maire de Moscou Natalia Sergouninadans, au détriment de la gestion du parc immobilier de la mairie.

Toutes ses enquêtes et les vidéos mises en ligne sur YouTube totalisent des millions de vues. Cela explique la volonté très forte du pouvoir de mieux contrôler les réseaux sociaux à la manière des Chinois.

En toile de fond de ces arrestations, il y a surtout un pouvoir qui se raidit face à une contestation grandissante et une nette baisse de popularité de Vladimir Poutine, qui apparaît en perte de vitesse. Deux manifestations non autorisées exigeant des élections libres à Moscou, ont débouché respectivement sur près de 1 400 puis d’un millier d’interpellations. La quasi-totalité des figures de l’opposition, a été condamnée à de courtes peines de prison pour des appels à manifester.

Certains, y voient des signes de fin de règne, attention, car les grands dirigeants ont souvent du mal à laisser le pouvoir et cela correspond à des temps très troublés et souvent tragiques.

Crédit photo : moscou russie1

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom