Top

Pas de centrale nucléaire pour les pays pauvres

le 13 juin 2011 à 17:39 

Une agence internationale basée à Vienne en Autriche sera même chargée d’espionner dans le monde les centrales nucléaires à usage civil.

Dans le secteur de l’armement aussi, le club des riches a son mot à dire et pas toujours en faveur des pauvres. C’est pendant la Seconde Guerre mondiale que les Américains, voulant coûte que coûte venger leurs pertes à Pearl Harbor, ont fabriqué la première bombe atomique de l’histoire. Elle n’avait rien à voir avec les armes traditionnelles utilisées jusqu’à maintenant en période de conflit.

Cette bombe était capable de détruire à très grande échelle et ses séquelles étaient indélébiles. Elle sera testée grandeur nature le 6 août 1945. Ce matin à l’aube, deux engins seront largués par un avion au-dessus de Nagasaki et Hiroshima. L’effet fut foudroyant. Plus de 100 000 morts, des dizaines de milliers de blessés et des handicapés à vie.

Des immeubles entiers seront presque vitrifiés par le souffle provoqué par l’impact de la bombe. Plus de 50 ans plus tard, les derniers survivants de cette apocalypse décéderont des suites de cancer de la peau et de graves lésions internes. La bombe d’Hiroshima mettra fin à la guerre. Mais d’autres bombes plus dissuasives plus dangereuses et plus meurtrières renforceront l’arsenal américain.

Les bombes nucléaires. Pour se prémunir contre d’autres conflits du même genre, les vainqueurs du Troisième Reich se doteront tous de cette arme absolue. Les Français et les Anglais grâce aux Américains et les Russes, grâce à leurs chercheurs et aux scientifiques allemands détenus dans leurs prisons.

Et c’est tout naturellement qu’ils feront partie du club fermé du Conseil de sécurité. Rien ne se fait aux Nations unies, ni ne se décide sans leur accord préalable. Le veto d’un seul membre peut bloquer n’importe quelle décision prise en plénière surtout en période de crise. Une agence internationale basée à Vienne en Autriche sera même chargée d’espionner dans le monde les centrales nucléaires à usage civil. Des contrôles seront régulièrement effectués pour empêcher que leurs utilisateurs ne les détournent à des fins militaires. Compte tenu de sa taille et de son poids politique et surtout de sa possession de la bombe nucléaire, la Chine sera invitée à rejoindre le Conseil de sécurité.

Plus question pour les nantis de laisser proliférer la moindre arme nucléaire en dehors de deux exceptions discrètes : la Corée du Sud pour tenir la Corée du Nord en respect, qui, elle aussi, a sa bombe, et Israël pour dissuader les pays arabes de le manger tout crue. Si ce club super-privilégié ferme les yeux sur la fabrication de bombe en Inde et au Pakistan, c’est parce qu’il est sûr qu’en cas de clash entre les deux pays, New Delhi et Islamabad se neutraliseront mutuellement sans aucun risque pour lui.

C’est l’Iran qui pose problème. Il ne répond à aucun critère du Conseil de sécurité. Il n’est l’ami ni des Français ni des Anglais et encore moins des Américains et c’est tout juste s’il a une once de confiance pour les Russes. Avec pareille arme, Téhéran menacerait Israël, les Etats pétroliers du Golfe et qui sait où il pourrait encore pousser.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom