Top

L’opposant Alexeï Navalny, ne peut plus sortir de Russie

le 14 novembre 2018 à 8:13 

Procès, prison, amendes, résidence et activités surveillées et maintenant interdiction de sortir du territoire, l’opposant Russe, Alexeï Navalny, est en train de collectionner toutes les procédures à son encontre de la part du gouvernement soviétiq…, russe. Alexeï Navalny, ne pourra donc pas aller plaider sa cause auprès de la Cour européenne des droits de l’homme, et dénoncer le caractère “politique” de ses interpellations, lors de plusieurs manifestations.

Officiellement, la radio Echo de Moscou, évoque une décision prise dans le cadre d’une procédure d’exécution lancée par la justice russe le 9 novembre, pour lui réclamer des arriérés dans l’affaire Kirovles. Dans cette affaire, M. Navalny avait été condamné en 2013 pour “détournement de fonds”. Selon la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), le procès fut qualifié “d’arbitraire et de nature politique“. Un deuxième procès avait alors été intenté à l’opposant, qui avait aboutit en 2017, à la même condamnation après l’appel, cinq ans de prison avec sursis et une amende de 500 000 roubles.

Bien sûr, le “timing” des mesures prises, fait immédiatement penser, que la volonté profonde du pouvoir dépasse le cadre de cette simple affaire. Si la police des frontières de l’aéroport Domodedov, à Moscou, a empêché M. Navalny de prendre l’avion, c’est pour éviter qu’il aille à Strasbourg devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), saisie par ses soins. Ivan Jdanov, juriste de la Fondation pour la lutte anti-corruption créée par l’opposant, explique “le document lui-même est bourré de violations flagrantes, il n’y a pas de date de prise de la décision, le département des huissiers de justice est écrit avec une erreur et la période de restrictions, n’est pas précisée. En outre, dans ce genre de décision, une copie est envoyée à l’avance pour pouvoir faire appel. Ici, rien. Il est évident que tout ceci a été inventé sur place, au moment où il allait partir”.

Alexeï Navalny, devait rejoindre la CEDH, qui doit statuer le 15 novembre à propos de multiples arrestations de M. Navalny, ces dernières années. “L’affaire porte sur son arrestation à sept reprises lors de différents rassemblements publics et les poursuites ultérieurement engagées contre lui pour des infractions administratives”, annonce la CEDH sur son site.

La Grande chambre de la cour, devra déterminer si ces interpellations étaient “inspirées par des arrière-pensées politiques”. Il faudra aussi rajouter l’interdiction de circuler librement et de sortir du pays.

Crédit photo : Алексей М

 
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom