Top

Feux en Australie : l’occasion dramatique de redécouvrir le savoir ancestral aborigène

le 15 février 2020 à 12:24 

Ce n’est pas vraiment une grande surprise, mais les feux de forêts en Australie, ont remis au goût du jour des habitudes ancestrales des populations locales. Après une véritable catastrophe écologique, qui a provoqué la disparition de 100 000 km² de végétation partis en fumée, on revoit des techniques ancestrales des Aborigènes sous un autre jour. Il semblerait, que ces derniers ne faisaient pas certaines choses pour rien, mais apparemment parce qu’ils ont une parfaite compréhension des écosystèmes.

Vous n’allez pas le croire, mais pendant des milliers d’années, les peuples autochtones australiens ont réfléchi sur la manière d’éviter d’immenses incendies. Le système de brûlis utilisé constitue en fait le fruit d’un savoir et d’une technique précise. Il est la conséquence d’une connaissance des écosystèmes et certainement la somme d’expériences accumulées. Pour de nombreux habitants, il serait temps de reconsidérer ce savoir et l’intégrer dans une approche du problème. Ce que l’on appelle les brûlis culturels mis en œuvre par les Aborigènes, ont certainement trop facilement été dénigré et abandonnés au nom du progrès, dès l’arrivée des Européens au 18e siècle.

Ce n’est plus un “accident”, les brasiers reviennent chaque année en Australie et avec le réchauffement climatique et une très grave sécheresse, la crise des feux de cette année, risque de revenir. Les prochaines crises, pourraient même être d’une ampleur sans précédent, beaucoup plus précoces et virulentes. Il a fallu d’intenses précipitations ces derniers jours, pour éteindre la plupart des brasiers.

L’approche des Aborigènes est classique. Ils pratiquaient des brûlis pour éclaircir les sous-bois et priver les forêts des branches et feuilles mortes, qui avec le retour des chaleurs n’attendent qu’une étincelle pour s’embraser. Soigneusement contrôlés pour qu’ils ne se propagent pas, ces feux prennent aussi en compte les espèces animales. Ils avaient pour vertu d’organiser le paysage, mais aussi de libérer de l’espace pour des plantes moins favorables aux incendies, en leur apportant en plus des cendres aidant leur croissance.

De leur côté, les pompiers pratiquent aussi des brûlis préventifs. Cependant, dans ce domaine comme dans d’autres, un peu d’expérience ne nuit pas. L’efficacité est plus grande si l’on connaît parfaitement certains mécanismes naturels. Cela permet de les faire démarrer au bon moment et à la bonne fréquence entre autres.

Toutes les bonnes volontés sont à prendre, pour une cause aussi urgente et importante. Des collaborations entre pompiers et peuples autochtones existent dans de nombreuses parties de l’Australie. C’est dans le territoire du Nord, que les techniques ancestrales sont les plus mises en œuvre. Il a été créé un programme qui emploie aujourd’hui 150 personnes au service de la gestion des espèces et la protection du patrimoine. Dean Yibarbuk, président de l’organisation Warddeken Land Management, explique “nous avons tout changé en remettant les gens au cœur des paysages, nous ne sommes pas les seuls. Ça se passe dans tout le Nord de l’Australie, là où les gens n’en pouvaient plus de voir le pays brûler.”

Pour couronner le tout, les brûlis anticipés émettent beaucoup moins de gaz à effet de serre que les feux sauvages. Cela génère pour les communautés qui les pratiquent, des crédits carbone qui peuvent être revendus. Les fonds dégagés, sont ensuite réinvestis dans des projets locaux.

Tout ne peut pas être fait de la même manière partout, et il serait difficile de faire un simple retour aux méthodes traditionnelles dans le sud, où les populations autochtones sont minoritaires. Il reste, que la solution vient certainement dans l’écoute et la mise en commun de toutes les opinions et les expériences. Le futur doit tenir compte de tous les passés.

Crédit photo : michael waters

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom