Top

Sardaigne : un couple risque la prison pour possession de sable

le 19 août 2019 à 6:52 

Un couple de Français, a été interpellé par la Garde des finances, c’est-à-dire la police douanière et financière italienne, avec 40 kilos de sable dans leur voiture. Ce sable, a été ramassé sur la plage de Chia au sud de l’île, il était stocké dans 14 bouteilles en plastique. Le couple risque entre un et six ans de prison. En Sardaigne, le sable est considéré comme d’utilité publique, c’est pourquoi, tout comme les coquillages ou les galets, il est interdit d’en ramasser. Le couple de touristes français, a de son côté, assuré qu’ils voulaient simplement rapporter un souvenir.

C’est le quotidien italien “Corriere della”, qui rapporte l’affaire. Le journal rappelle, que des panneaux sur de nombreuses plages de l’île, confirment l’interdiction de ramasser le sable au-delà d’une petite quantité. Comme souvent, c’est la possibilité de gain, qui a amené des exagérations et donc, à une réglementation et des interdictions. En effet, certains touristes qui ramènent chez eux un peu de ce magnifique sable, le font maintenant pour le mettre en vente sur des sites internet à des prix conséquents. La police pense à juste titre, que 40 kg de sable, c’est un peu trop pour un simple souvenir de vacances. Le couple français va devoir démontrer, qu’il ne voulait pas faire de commerce avec ce sable.

Si cette arrestation a eu lieu en Italie, elle aurait très bien pu se passer en France, car il existe aussi chez nous ce type d’interdiction. Le glanage de sable est en effet, régit par le Code de l’environnement. Plus précisément, l’article L321-8 du Code de l’environnement, réglemente la collecte de sable ou de coquillages. Pour ce type d’infractions, les amendes peuvent grimper jusqu’à 1 500 euros. Le but étant selon la loi, la protection de l’intégrité du littoral. Elle stipule, “les extractions de matériaux sont limitées ou interdites lorsqu’elles risquent de compromettre directement ou indirectement l’intégrité des plages, dunes littorales, falaises, marais”.

Cette législation englobe le prélèvement de sable, qui est considéré comme une atteinte au domaine public maritime, à l’exception du “sable éolien”, c’est-à-dire celui qui a été déplacé par le vent hors de la plage. Les autorités tolèrent le ramassage, tant qu’il se fait en petite quantité. Cette pratique des autorités est la même pour le glanage de galets, ainsi que le ramassage du bois poli par l’eau et ramené sur les plages. Le bois flotté fait partie de la “laisse de mer”. Ces débris naturels d’origine végétale ou animale ramenés par les marées, constituent un écosystème utile à la vie du littoral. Sa collecte doit rester raisonnable.

Attention, concernant la flore, certaines fleurs des littoraux marins, sont protégées. En cas d’infraction, l’amende peut aller jusqu’à 9 000 euros. Par contre, le ramassage de papiers, de mégots de cigarette et autre détritus, est fortement apprécié.

Crédit photo : mikael birraux

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom