Top

Nicolas Sarkozy : “La France, c’est tous les français”

le 21 février 2012 à 5:21 

Alors que l’horizon semble doucement s’éclaircir pour Marine Le Pen et alors que de nombreux politiques de tous bords se mobilisent depuis quelques jours pour lui permettre d’obtenir finalement les 500 parrainages dont elle a besoin pour participer à l’élection présidentielle d’avril prochain, Nicolas Sarkozy réajuste son discours.

De nombreux sondages ont en effet démontré que le chef de l’État ne pourrait que profiter d’une absence du Front National à la présidentielle créant ainsi une réserve de voix qui porterait son choix sur le candidat de l’UMP. Mais si la présence au scrutin de Marine Le Pen se confirme, Nicolas Sarkozy devra réajuster son discours pour se faire plus convainquant avec l’électorat qui hésite entre la droite traditionnelle et l’extrême droite. Le président candidat a d’ailleurs commencé depuis quelques jours à adapter ses textes pour les rendre plus à même de séduire les nationalistes. «Je ne veux pas aller à la rencontre des Français pour parler à la droite, à la gauche ou au centre.

La France, c’est tous les Français. (…) Au-dessus des partis, il y a la France, et il faut l’aimer davantage que son propre parti si l’on en a un», lance le président dans un discours prononcé il y a quelques jours à Marseille. Nicolas Sarkozy se pose ainsi en défenseur de «l’âme» de la France, de sa «culture» et de son «identité».

«Aimer la France, c’est refuser de sacrifier son avenir», affirme le candidat Sarkozy, justifiant ainsi le bilan d’un quinquennat marqué par la crise et par un chapelet de scandales. Sans jamais le nommer, il s’oppose également radicalement à François Hollande, l’accusant, par opposition, de ne pas aimer son pays puisqu’il ne défend que des mesures destinées à l’affaiblir, à savoir les 35 heures, la fermeture de centrales nucléaires ou le vote des étrangers aux élections locales.

Il y a une dizaine de jours, Nicolas Sarkozy avait aussi proposé la tenue de deux référendums, l’un sur les chômeurs et l’autre sur l’immigration, autant de sujets sensibles qui touchent particulièrement l’électorat de Marine Le Pen. La stratégie de Sarkozy semble alors claire. Critiquer frontalement son principal adversaire, François Hollande, tout en essayant de séduire l’électorat du Front National.

De cette manière, le président candidat pense susciter le doute chez une partie de l’électorat qui reportera son vote sur lui. Mais avec un bilan aussi catastrophique que le sien et avec la mobilisation importante de l’électorat de Marine Le Pen, il n’est pas certain que ses efforts soient suffisants pour rendre les Français amnésiques et leur faire oublier les cinq dernières années du terrible mandat du chef de l’État.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom