Top

Frontières de 1967 : Netanyahu rejette la proposition de Barack Obama

le 21 mai 2011 à 14:19 

Le Premier ministre israélien a rejeté, hier, la proposition de Barack Obama d’un futur Etat palestinien sur la base des lignes d’armistice de 1967.

«Si Israël est prêt à faire des compromis généreux pour la paix, il ne peut pas revenir aux lignes de 1967, car ces lignes sont indéfendables», a affirmé Netanyahu, infligeant un camouflet au dirigeant américain face aux journalistes et aux caméras.

Cette riposte, lors de laquelle M. Obama est resté impassible, est intervenue 24 heures après que le président américain eut «irrité et déçu» son allié en se prononçant, pour la première fois, pour un Etat palestinien sur la base des lignes de 1967, «avec des échanges sur lesquels les deux parties seraient d’accord». Les Palestiniens ont exigé, hier, du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, qu’il revienne sur son rejet d’un Etat palestinien sur les lignes de 1967 comme base de négociations, ainsi que l’a demandé le président américain Barack Obama.

«La position de Netanyahu est un rejet officiel de l’initiative de M. Obama, de la légalité internationale et du droit international», a déclaré le porte-parole du dirigeant palestinien, Mahmoud Abbas. «Nous demandons au président Obama et au Quartette pour le Proche-Orient (Union européenne, ONU, Russie et Etats-Unis) de faire pression sur Netanyahu pour qu’il accepte les frontières de 1967», a ajouté M. Abou Roudeina. Un haut dirigeant de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Yasser Abd Rabbo, a, en outre, prévenu Israël qu’il devait choisir entre négocier sur ces bases et faire face à la reconnaissance d’un Etat palestinien sur les lignes de 1967 par l’ONU en septembre. «L’OLP accueille favorablement les principes de M. Obama sur les frontières de 1967», a déclaré M. Abd Rabbo, dans la première réaction officielle de l’OLP au discours du président américain, jeudi. «Si Israël accepte les principes du président Obama, nous sommes prêts à reprendre très bientôt des négociations directes», a-t-il ajouté.

«Israël doit choisir entre les principes de M. Obama ou bien la reconnaissance d’un Etat palestinien en septembre à l’ONU», a-t-il estimé. M. Abbas a, en outre, qualifié d’«ingérence inacceptable» les déclarations de M. Netanyahu, le sommant de choisir entre l’accord de réconciliation avec le Hamas et la paix, a indiqué à l’AFP le porte-parole, Nabil Abou Roudeina. «Les relations Hamas-Fatah sont une question palestinienne interne», a-t-il réaffirmé, ajoutant que «l’ingérence était inacceptable». «Le nouveau gouvernement d’indépendants suivra le programme de l’Organisation de libération de la Palestine et de son président Mahmoud Abbas», a réitéré le porte-parole, en référence aux termes de l’accord de réconciliation entre le Fatah de M. Abbas et le Hamas, qui ne reconnaît pas Israël.

Le Hamas a, pour sa part, souligné que le rejet catégorique par M. Netanyahu des lignes de 1967 «prouvait l’absurdité des négociations» avec Israël et appelé à une «stratégie arabe et palestinienne sur la base de la résistance et la préservation de nos droits face à cette arrogance israélienne», dans une déclaration de Sami Abou Zouhri, porte-parole du mouvement islamiste à Gaza.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom