Top

Nos ancêtres, les Gaulois du XIXe siècle.

le 21 septembre 2016 à 13:35 

Nicolas Sarkozy fait actuellement feu de tout bois pour redevenir l’homme fort de la “droite forte”. Les déclarations se succèdent pour occuper l’espace médiatique. Dans ces circonstances, on ne finasse pas, et à la manière d’un “Donald Trump”, il enfile des déclarations qu’il sait polémiques. La dernière en date nous ramène sur le devant de la scène, une invention du 19e siècle, qui s’intitule “nos ancêtres les Gaulois”.

En fait, nos ancêtres, au moyen-âge et à l’époque moderne, se voyaient beaucoup plus comme des descendants d’Énée, qui après la guerre de Troie, était venu en Europe. C’était donc le mythe troyen qui était à la “mode”. Cette conception ferait certainement un peu “sourire” maintenant, elle n’est cependant pas plus ridicule, et relève autant du mythe, que celle de “nos ancêtres les Gaulois”. Pour le comprendre, il suffit de s’informer un peu sérieusement sur l’histoire de France. Comme toutes les histoires, elle est complexe, faite de multitudes de bouleversements, et de migrations (il est vain de croire que ce que nous vivons n’arrive qu’à nous). En faisant, quelques recherches généalogiques sur ses descendants, beaucoup seront déçus de ne pas retrouver des origines gauloises, et vont plutôt se retrouver dans les méandres des différents courants de migrations, qui ont formé, non pas la lignée française, mais le creuset français.

 La mise à l’honneur de ces fameux ancêtres gaulois, qui ont bien existé, mais n’ont pas l’importance accordée, remonte au XIXe siècle. Les rivalités sont particulièrement fortes en Europe, les revendications nationalistes montent. Dans ce contexte. Chaque nation s’est créé son propre mythe pour se distinguer des autres. Ce sera des origines celtes anglo-saxonnes pour l’Angleterre et celui des Germains en Allemagne. En France, c’est Napoléon III qui utilise la référence aux Gaulois. En fin stratège politique, l’empereur veut rassembler les Français autour d’un mythe des origines afin d’éliminer les divisions sociales. Nous sommes dans une période de fortes revendications ouvrières, et c’est le début de ce que l’on va appeler le prolétariat. Nos ancêtres “classiques” les francs sont jugés un peu trop aristocratiques et font place aux Gaulois.

 Napoléon III encourage toutes les recherches, et les sociétés savantes sur ce sujet. Les manuels scolaires vont ensuite vulgariser ce récit. Avec la guerre de 1870, l’ennemi, celui que l’on ne peut pas assimiler, et qu’il faut combattre, ce sont les Germains. Un véritable “roman national” va être diffusé dans l’enseignement de l’histoire.

 Ce “roman national” va se magnifier à un moment où la France développe ses colonies dans le monde, et paradoxalement plus les Français seront au contact d’autres cultures et d’autres influences, et plus tard d’autres flux migratoires, plus ce mythe va s’accroître. Rappelons, que les colonies vont faire apprendre aux enfants africains ou asiatiques qu’ils ont des ancêtres gaulois.

 L’histoire de France est à un point complexe, que chacun va y trouver ce qu’il veut y voir. Son emploi actuel est encore une fois politique, et depuis quelques années, les questions identitaires ont été mises en avant, pour masquer les questions d’ordre économique et social. Faute de trouver des solutions aux problèmes, on change les causes. Cela revient à dire, par exemple, que s’il existe des problèmes dans les banlieues, ce n’est pas en raison de problèmes économiques et sociaux (échec scolaire, chômage massif, etc.), mais d’une culture incompatible avec l’identité française.

 Pendant que nous discutons, l’intégration continue à fonctionner pour une très grande partie de la population. Doit-on l’accompagner, pour qu’elle se fasse au mieux, et rester dans le réel ou comme les enfants, doit-on se réfugier dans un monde imaginaire, basé sur une identité et des origines mythiques en attendant que le ciel nous tombe sur la tête.

Crédit photo : Simone Barco

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom