Top

En Italie, la Rai de plus en plus sous la botte de Matteo Salvini

le 22 mai 2019 à 4:22 

Les médias et le pouvoir, un duo qui se cherche, souvent en conflit et parfois qui se complètent. Dans ce cas-là, souvent, c’est parce que le premier est devenu à la solde du second. C’est ce que l’on reproche en Italie aux chaînes publiques de la Rai. De nombreux analystes ont repéré une surreprésentation du ministre de l’Intérieur sur ces chaînes.
Il faut dire, que Parti populiste italien de Matteo Salvini, surfe sur une belle vague électorale, car il est crédité dans les sondages de 30 % des intentions de vote. Du coup, si on prend le mois de janvier 2019, Matteo Salvini à lui seul, a occupé 15,5 % du temps d’antenne politique sur le 20 h de Rai Uno, première chaîne du pays. Il fait encore plus fort dans le journal de Rai Due. Sa présence illumine ce journal et semble indispensable, car elle dépasse les 20 %. A titre de comparaison, Nicola Zingaretti, le secrétaire du Parti démocrate Italien et principal leader de l’opposition, n’a obtenu que 1,8 % de temps d’antenne. Du côté de la Rai, on explique cette disproportion par l’activisme politique et surtout médiatique de Matteo Salvini. En un mot, c’est la mise en place d’un cercle vicieux, qui veut que le chef de la Ligue soit très présent dans les médias donc, on l’invite plus dans ces mêmes médias. Il faut aussi préciser que le journal de Rai Due, est dirigé par un grand ami de Matteo Salvini.
En fait, la situation italienne de la télé n’est pas nouvelle, car elle résulte d’une loi voulue par la précédente majorité de centre-gauche. A l’époque, Matteo Renzi, s’était arrangé pour permettre au pouvoir politique d’influencer l’audiovisuel public italien sous la coupe du pouvoir politique.
La tendance s’est modifiée dans le pays et les populistes profitent maintenant de ces dispositions. Matteo Salvini, en homme politique d’expérience, il a en effet réussi à placer des connaissances à des postes clé. Tout cela commence à se traduire par des reportages orientés. Des interviews avec l’idéologue d’extrême droite américain Steve Bannon, qui se promène en Europe, ou le sympathique ultra-nationaliste russe Alexandre Douguine. Enfin, que dire du reportage nostalgique sur Benito Mussolini, qui a été diffusé.
A cela, il faut rajouter, quelques reportages subtils et des programmes bien sentis et bien orientés, qui font flotter dans l’air des médias une légère brise souverainiste, et nationaliste. Par exemple, en cuisine le journaliste gastronomique Vittorio Castellani, a été écarté. Il a, la mauvaise idée de proposer une rubrique sur les cuisines du monde dans la très populaire émission “La prova del cuoco”. Le programme va désormais se focaliser sur les traditions et les plats italiens plutôt que sur le multiculturalisme.
Ce vent nouveau pourrait s’abattre sur les fictions diffusées sur la Rai. Actuellement, celles qui sont au programme cette année, ont été réalisées avant l’arrivée de la nouvelle équipe au pouvoir. Cependant, les producteurs de séries admettent qu’il y a des sujets, ayant notamment trait à l’immigration, qui ne seront bientôt plus proposés.
Crédit photo : CISL-dei-LAGHI-Ufficio-Stampa

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom