Top

Algérie – Maroc : la réouverture des frontières n’a pas été évoquée entre les deux parties

le 23 janvier 2012 à 6:06 

La question de la réouverture de la frontière algéro-marocaine n’a pas été évoquée ni par la partie algérienne ni par la partie marocaine lors des différentes discussions tenues entre les responsables des deux pays, a indiqué dimanche à Alger le ministre délégué, chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel, à la veille de la visite en Algérie du MAE marocain.

“C’est une question qui n’a pas été évoquée lors des différentes réunions entre les parties algérienne et marocaine”, a ajouté M. Messahel dans une rencontre avec la presse, faisant observer que cette question “trouvera sa solution un jour”.

Début janvier, le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, avait déclaré que la fermeture des frontières entre “les deux pays frères n’a jamais été considérée comme une décision définitive”, précisant que “le rapprochement qui s’opère depuis plusieurs mois avec le Maroc plaide pour une normalisation des relations à terme avec ce pays”.

Le ministre délégué a indiqué, par ailleurs, que la visite lundi et mardi en Algérie du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du royaume du Maroc, M. Saâd-Eddine El Othmani, à l’invitation de son homologue algérien, s’effectue dans le cadre du “renforcement” des relations entre les deux pays.

Elle s’inscrit également dans un contexte marqué par des changements dans le monde et à la veille d’une “volonté partagée” de tous les pays de la région de “dynamiser” l’Union du Maghreb arabe (UMA).

M. Messahel a rappelé qu’une série de visites avait été effectuée ces deux dernières années par des ministres des deux pays. “Les réunions sectorielles aboutissent beaucoup plus”, a-t-il dit, rappelant qu’en novembre 2011 à Marrakech (Maroc), l’Algérie et le Maroc avaient convenu d’élargir ces visites à plusieurs secteurs.

“C’est cette densification qui va donner plus de visibilité aux rapports entre les deux pays”, a souligné M. Messahel. Le Maroc est le premier partenaire de l’Algérie dans la région et en Afrique en termes d’échanges commerciaux, a-t-il rappelé. La dernière visite d’un ministre marocain des Affaires étrangères en Algérie remonte à 2003.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

2 Réponses à “Algérie – Maroc : la réouverture des frontières n’a pas été évoquée entre les deux parties”

  1. zakaria75 23 janvier 2012 19:52

    la première visite d’un ministre des affaires étrangères marocain en Algérie depuis 2003? Cela démontre le manque de volonté du makhzen a “normaliser” les relation algéro-marocaine, sachant que jusqu’à l’arrivée des islamistes aux pouvoirs c’était le ROI qui nommait le MAE et lui seul qui menait les affaires du royaume.
    Le roi pensait-il que le temps réglerait les différents? son manque d’expérience et surtout son entourage l’ont trompé….
    Pour la réouverture des frontières il faut faire des concessions de part et d’autres, rétablir le droit (indemniser les algériens spolié par feu HASSAN II) et régler le sort des sahraouis comme c’était engager le défunt père de Mohammed VI et d’arrêter de jouer la montre en pensant que cela obligera l’autre partie de baisser ces exigences qui sont justes et qui permettront de recommencer la construction de l’UMA sur des bases solides et surtout de rétablir la confiance entre algériens et marocains.

  2. amen 23 janvier 2012 16:26

    si le Maroc souhaite ardemment, comme il le prétend, normaliser ses relations avec l’Algérie, il doit impérativement répondre aux observations de son voisin.
    L’Algérie à présenté un plan global, pragmatique et réaliste, pour régler de façon définitive tout les problèmes en suspend qui enveniment sa relation avec le Morac. A travers ce plan, elle affiche et engage une volonté sincère à fin de bâtir Un Maghreb Arabe LIBRE, qui œuvre, non pas pour les intérêts de la rive nord ou de l’axe atlantique, mais pour le bien et l’intérêt des peuples de la région.
    La réponse du Maroc se fait attendre depuis, en effet le Maroc préfère louvoyer, en voulant déconstruire ce plan, avançant des arguments fallacieux, pour ne pas s’engager véritablement dans la voie de l’ambition que porte l’Algérie.
    Les récents événements dans le monde arabe, ne lui ont pas suffit, la diplomatie marocaine, semble être soude aux exigences de la période, et préfère jouer le temps tout en cherchant sa planche de salut auprès de Paris et de New York au lieu de souscrire à l’exigence de solidarité qu’appelle de leurs vœux les enfants du Grand Maghreb.
    Il est inacceptable pour moi, comme pour l’ensemble de tous les Marocains, que cette politique dure encore plus longtemps. Le Maroc doit DOIT apporter une réponse à l’Algérien non pas parce que c’est l’Algérie qui le demande, mais parce que ses intérêts et les intérêts de toute la région l’EXIGE.

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom