Top

La Macédoine, une appellation d’origine grecque contrôlée pour certains

le 23 janvier 2019 à 9:37 

Ce n’est déjà pas simple de changer nos petites habitudes, donc vous imaginez bien lorsque l’on commence à changer ou manipuler le nom de l’endroit où l’on habite, cela ne peut pas se passer comme une lettre à la poste. C’est pour cela, que des incidents ont fait suite à des rassemblements à Athènes. La manifestation, a rassemblé entre 60 000 et 100 000 personnes farouchement opposées à l’accord sur le nouveau nom de la Macédoine. Elle a dégénéré et entraîné plus d’une vingtaine de blessés.

Pour bien comprendre la raison de cette colère, il faut considérer globalement que deux territoires revendiquent le même nom. Pour mettre fin à une polémique, qui dure depuis environ trente ans, un accord a été trouvé entre Athènes et Skopje en juin. Il s’agit, de rebaptiser le petit pays voisin de la Grèce. Celui-ci est l’un des États, successeurs de la République fédérative socialiste de Yougoslavie, vis-à-vis de laquelle elle a déclaré son indépendance en 1991. Il a pris le nom de Macédoine, et c’est inacceptable pour les Grecs, car pour eux, le nom Macédoine est indissociable de la Grèce.

La Macédoine, un nom indissociable de La Grèce

Le nouveau nom, négocié par les deux pays et déjà ratifié par ce qui s’appelle encore la Macédoine, sera débattu cette semaine au Parlement grec avant un vote crucial d’ici à la fin de la semaine. Les deux pays se sont mis d’accord sur « République de Macédoine du Nord ».

Seulement voilà, du côté Grec, les plus extrémistes ne veulent pas en attendre parler, car pour eux dans « République de Macédoine du Nord, il y a Macédoine et ce terme appartient exclusivement au patrimoine historique grec. Il faut rajouter à ces purs et durs, de nombreux habitants, de la province du nord de la Grèce, qui du coup va porter le même nom que le pays frontalier.

Your ads will be inserted here by

Easy Plugin for AdSense.

Please go to the plugin admin page to
Paste your ad code OR
Suppress this ad slot.

Ces manifestants « zélés » veulent faire monter la pression, car la controverse à propos de cet accord a mis à mal la coalition gouvernementale. Le Premier ministre, a remporté de justesse mercredi un vote de confiance au Parlement.

Une occasion rêvée pour l’opposition de mettre la pression sur le gouvernement

Pas étonnant du coup, que l’on retrouve derrière ces autochtones farouchement accrochés à leurs spécificités, les opposants classiques au gouvernement. Certes, officiellement les Partis d’opposition au gouvernement d’Alexis Tsipras, qui sont contre l’accord, ne participent pas à cette manifestation, mais ils n’ont pas dit non plus, de ne pas y aller à titre personnel, comme ce fut le cas pour l’ancien Premier ministre conservateur Antonis Samaras (2012-2015) et certains députés de la droite Nouvelle-Démocratie,

La position du Parti néonazi « Aube dorée » est plus simple, il avait appelé sur son site officiel à manifester. D’ailleurs, il semblerait qu’un journaliste ait dû recevoir des soins après avoir été agressé par des membres de ce Parti, selon la presse étrangère. Le gouvernement confirme de son côté que des incidents sont le fait de membres d’Aube dorée, qui ont tenté d’entrer dans le Parlement.

Pour revenir à l’origine de la manifestation, elle s’est faite sous l’égide du “comité de lutte pour la grécité de la Macédoine”. Des centaines de cars ont été mis à disposition pour faire venir les manifestants à Athènes. Cela a entraîné, la fermeture du centre de la ville, de peur de nouveaux incidents dramatiques.

Crédit photo : milana jovanov

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (Pas d'évaluation)
Loading...

N'hésitez pas à laisser un commentaire ...
et oh ! si vous voulez une image pour vous montrer avec votre commentaire, allez obtenir un Gravatar!





*

Bottom